Magazine

The Ruins

Publié le 16 juin 2008 par Lupus

title="The Ruins" />

Dans le récent sondage sur les meilleurs touristes, les Allemands se classent dans les premiers. C’est totalement validé par la vision de TheRuins. En effet, dans TheRuins le touriste allemand parle parfaitement anglais, reste stoïque quand une poivrasse américaine trobonne(c) essaie de lui faire des choses, s’intéresse à la culture locale et proteste à peine quand on lui ampute les jambes avec une grosse pierre et un petit couteau. Bon faut reconnaître qu’il proteste un peu quand on lui cautérise les moignons avec une poêle mais à peine. Ils sont forts ces teutons.

Énième variation sur le thème du camping sauvage et des relations difficiles, voir conflictuelles, avec la nature TheRuins est pourtant bien supérieur aux dernières merdes du genre comme Turistas ou IntoTheWild.



Quand Dodgeball: A True Underdog Story est sorti on ne se doutait pas que l’influence du film se ferait encore sentir quatre ans aprés. Et pourtant, dans TheRuins il y a un gros clin d’oeil appuyé à la sympathique comédie de Ben Stiller et Vince Vaughn. Une partie de balle au prisonnier s’improvise et une joueuse de l’équipe US snipe un joueur de l’équipe Mexicaine avec une laitue (on joue à domicile). Le coach mexicain, fin tacticien, réagit avec célérité et sort immédiatement son joueur.

A part la balle au prisonnier l’autre élément central du film est la weed, tellement central que ça pourrait presque être un film de stoner si ils la fumaient. En fait et pour être tout à fait exact c’est plutôt la weed qui les fume. Faut dire qu’elle est forte la mexicaine, grâce à notre touriste allemand qui prête ses jambes pour faire du compost (le jamboponic est beaucoup plus efficace que l’hydroponic) elle croît rapidement et bientôt apparaissent les premiers buds.

Malheureusement elle est pas aussi bien élevée que l’engrais, au début c’est pas bien méchant, quelques facéties du genre imiter une sonnerie de portable mais elle passe assez vite de la potâcherie à des choses plus sérieuses. Par sérieux on entendra violer le genou d’une blonde. TheRuins est un film qui fait avancer la science, après l’hydroponic c’est le skull-fuck qui passe au stade supérieur avec le knee-fuck.



Le spectateur averti discernera normalement à ce stade un fetish assez étrange sur les jambes. C’est pas donner à beaucoup de films de pouvoir quoter à la fois Dodgeball et Crash.

Étonnamment, amputations et viols de genou plombent un peu l’ambiance de nos amis campeurs, spécialement la propriétaire du genou qui le vit assez mal. Même si c’est de sa faute et qu’elle l’a bien cherché à avoir un genou, elle arrive pas bien à gérer et refoulant maintenant son corps elle entreprend bientôt de s’auto liposucer, camping-style.



De fil en genou tout ça se finit pas aussi bien que Dodgeball, 4-1 pour les mexicains et encore le Mexique a marqué contre son camp.

6.5/10

lupus.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par lauretalex
posté le 03 avril à 15:15
Signaler un abus

Bonjour,

Après avoir vu, The Ruins, je me suis demandé si un numéro 2 était sorti. J'ai alors cherché sur le net. Mais non pas de suite. Par contre tout le monde le compare a Turista. J'ai alors regardé Turista. C'est vrai qu'il y a des bases identiques : des touristes dans un pays étranger inconscient naif et gentil (un peu con ou jeune) vont dans un endroit inconnu et meurent... ou pas... ou si...

Cependant la grosse différence entre les deux est l'aspect fantastic irréel et "mystique" de the ruins. Alors que Turistas est plus concret, plus réaliste en dénonçant le trafic d'organes.

J'ai bien aimé Turistas.

Mais j'ai adoré The Ruins certes ce n'est pas le plus grand film du monde mais l'ambiance, le huit clos à ciel ouvert (deuxième moitié du film), la plante (j'ai peut être été trop marqué par Jayce et les conquérants de la lumière).

Un deuxième film permettrait d'expliquer l'origine de la plante, et la (les) suite(s) possible(s).

C'est un bon petit film sans grande prétention mais très bien réalisé et très plaisant sans erreur particulière.

J'attends un numéro 0/2 avec impatience.

+++

A propos de l’auteur


Lupus 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte