Magazine Société

29 mars 1947 : début de massacre à Madagascar

Publié le 29 mars 2017 par Sylvainrakotoarison

" Trop loin, une île. Trop loin, une année, 1947. La terre rouge de l'île. Pour commencer, on dira que les faits ont réellement existé, que les sagaies ont volé, que les balles ont sifflé, que les cadavres ont jonché la terre. Rire. Des rires en masque de douleur. Des rires sur l'absurdité de ces lignes cherchant à comprendre pourquoi je devrais me justifier pour revendiquer ma mémoire. " (Jean-Luc Raharimanana, écrivain malgache, 2007).
29 mars 1947 : début de massacre à Madagascar
Depuis 1967, le 29 mars est un jour férié à Madagascar. Pourquoi ? Parce que le 29 mars 1947, il y a juste soixante-dix ans, a eu lieu le début d'une insurrection d'indépendantistes malgaches contre les Français. Madagascar a été une colonie française du 28 février 1897 au 28 septembre 1958 (l'indépendance de Madagascar a été proclamée le 26 juin 1960). 35 000 Français vivaient alors à Madagascar, pour une population d'environ 4 millions de Malgaches. La révolte a commencé au sud-est de la Grande île, là où des Malgaches étaient en "travail forcé" dans les grandes plantations de clous de girofle et de vanille.
Au début, les militaires français furent surpris et dépassés par cette révolte. Le 31 mars 1947, un camp militaire fut attaqué à Tananarive par les insurgés. D'autres camps et des fermes de colons furent attaqués. L'état de siège fut proclamé le 4 avril 1947. Cette insurrection très violente a été réprimée avec une violence encore plus effroyable. Le bilan de cette insurrection aurait été entre 8 000 et 100 000 morts, avec une imprécision telle qu'il se pose encore la question sur le nombre réel de victimes.
Pendant longtemps, ces "événements" qui se sont déroulés sur une période de vingt et mois, entre mars 1947 et décembre 1948, ont été passés au silence dans les livres d'histoire, tant par les autorités françaises que par les nouvelles autorités malgaches après la proclamation de la République de Madagascar le 14 octobre 1958. Maintenant que deux générations sont passées, les passions s'estompent et le travail d'historien peut commencer.
Les autorités françaises de l'époque, c'était le dernier gouvernement de la coalition tripartite regroupant les socialistes (SFIO), les communistes (PCF) et les démocrates-chrétiens (MRP). Une telle coalition, provenant de l'histoire de la Résistance, avait peu de chance de perdurer tant les différents politiques étaient nombreux. Les communistes avaient très mollement protesté pendant les premières semaines de la répression.
Le gouvernement, qui était le premier de la IV e République après l'installation de Vincent Auriol à l'Élysée, était dirigé par Paul Ramadier, du 22 janvier 1947 au 19 novembre 1947. Des grèves très dures commencèrent le 7 avril 1947. Les ministres communistes (Maurice Thorez, François Billoux, Charles Tillon et Georges Marrane), qui soutenaient ces grèves, furent renvoyés dès le 5 mai 1947, créant ainsi cette fameuse "troisième force" de centre gauche, réunissant SFIO, MRP et radicaux qu'aujourd'hui, le candidat Emmanuel Macron, avec l'aide du Président sortant François Hollande, tente de ressusciter en 2017. Les grèves en France furent durement réprimées un peu plus tard, par Jules Moch (socialiste), Ministre de l'Intérieur du 24 novembre 1947 au 7 février 1950.
Pour terminer avec le contexte historique, De Gaulle, qui avait quitté de lui-même le pouvoir quatorze mois auparavant pour s'opposer aux combinaisons politiciennes de la classe politique a créé le RPF (Rassemblement du peuple français) le 7 avril 1947, parti gaulliste qui gagna les élections municipales des 19 et 26 octobre 1947.
Des milliers de Français et de Malgaches employés par la France furent capturés et massacrés, torturés, mutilés, etc. par les insurgés malgaches qui ont rassemblé environ 20 000 personnes (2 000 au début). Environ 2 000 personnes des forces françaises furent tuées. Cependant, il est très difficile de séparer les cas très spécifiques des cas fréquents. Par exemple, le seul cas de mutilation vivante recensé concerna un chef de poste français dépecé vivant par un médecin dont le procès s'est conclu par un acquittement en juillet 1948. Il est donc fort probable que ces actes ne furent que des rumeurs pour polariser les populations.
Les troupes françaises, composées d'environ 30 000 personnes (8 000 au début), sont tombées alors dans une répression aussi sanglante qu'aveugle. Au bout de quelques semaines, en mai 1947, les troupes françaises reprirent le contrôle de certaines positions prises par les insurgés (notamment les grandes villes).
29 mars 1947 : début de massacre à Madagascar
La population civile paya un lourd tribut. En moins de deux ans, l'insurrection a été maîtrisée. Ce fut, pour le gouvernement français, comme une répétition avant l'Indochine et surtout, l'Algérie. Les autorités se livrèrent à des exactions scandaleuses, notamment pour terroriser les villageois. Certains faits furent cependant amplifiés alors qu'ils ne provenaient que d'un ou deux militaires "excités", comme ce futur héros de l'aviation en Indochine, qui s'était vanté d'avoir jeté des suspects vivants d'un avion (cela a fait la une des journaux parisiens, quelques jours plus tard, le 15 mai 1947, et ces assassinats sont hélas restés impunis).
Dans son journal "Combat" le 10 mai 1947, l'écrivain Albert Camus a fait un parallèle : " Nous faisons ce que nous avons reproché aux Allemands de faire. " et a ajouté : " Si, aujourd'hui, des Français apprennent sans révolte les méthodes que d'autres Français utilisent parfois envers des Algériens ou des Malgaches, c'est qu'ils vivent, de manière inconsciente, sur la certitude que nous sommes supérieurs en quelque manière à ces peuples et que le choix des moyens propres à illustrer cette supériorité importe peu. ".
29 mars 1947 : début de massacre à Madagascar
Le philosophe Paul Ricœur a dénoncé dans un article le 20 septembre 1947 le racisme comme vice des Français aux colonies : " Le piège de l'esprit colonial est le racisme ; la base du droit des indigènes est l'universalisme. ". Il considérait que l'exigence de la liberté des peuples était supérieure moralement à toute œuvre civilisatrice des pays colonisateurs : " Le but de la colonisation est de se supprimer elle-même. Ceci ne sera jamais dit assez fortement. Le rythme et le procédé, selon lesquels la souveraineté de la France (...) devra céder le pas à la liberté politique des peuples est une question technique subordonnée qui exige de la compétence. Mais la plus belle œuvre civilisatrice est destinée à équiper, pour la liberté, des zones d'humanité toujours plus vastes. ".
Enfin, Paul Ricœur a fait, lui aussi, un parallèle, avec l'histoire française : " L'appétit forcené et souvent prématuré de liberté qui anime les mouvements séparatistes est la même passion qui est à l'origine de notre histoire de 1789 et de Valmy, de 1848 et de juin 1940, il ne sert à rien de dire que cet appétit est forcené et prématuré. La liberté est une passion amère et dangereuse qui compte bien des souffrances et des déceptions. Mais c'est ainsi que les peuples accèdent à leur propre existence : en faisant d'abord la catastrophique expérience de leur impuissance quand les maîtres pleins d'expérience s'en vont, emportant leur arbitrage avec leurs exactions. " ("La question coloniale").
Deux des trois jeunes députés malgaches élus à l'Assemblée Nationale française en 1946 (dont Joseph Ravoahangy), d'un parti indépendantiste pourtant non violent, qui avait, dès les débuts, appelé au calme, ont été arrêtés, torturés et condamnés à mort en juillet 1948, mais leur peine fut remplacée par la prison à perpétuité. Au-delà des exécutions sommaires, des bombardements, des massacres à la mitrailleuse, les tribunaux militaires et les cours criminelles ont prononcé 204 condamnations à mort dont 24, parmi les dirigeants du mouvement d'insurrection, aboutirent à une exécution. En 1957, la totalité des insurgés encore en prison furent libérés.
Partisan plus tard de l'Algérie française, François Mitterrand, qui fut Ministre de la France d'Outremer, déclara sans condamner la répression, en janvier 1951, que " l'avenir de Madagascar est indéfectiblement lié à la République française ". Le 10 juillet 1947, dans son journal, Vincent Auriol, Président de la République, constata assez froidement, à ce sujet : " Il y a eu évidemment des sévices et on a pris des sanctions. Il y a eu également des excès dans la répression. On a fusillé un peu à tort et à travers. ".
Une première mission d'information de l'Assemblée de l'Union française a proposé en fin 1948 un bilan de 89 000 morts, mais les autorités françaises ont officialisé en 1950 un bilan de "seulement" 11 342 morts. D'autres, au contraire, ont évoqué 100 000 voire 200 000 morts (surtout émanant des rangs communistes qui, pendant les années 1950, ont durci le trait pour compenser leur opposition très molle lorsqu'ils étaient au gouvernement). La question serait d'ailleurs de distinguer les "massacres" commis volontairement des morts par maladie, famine ou malnutrition qui furent très nombreuses pendant cette période, parfois dues aux insurgés eux-mêmes contre les populations civiles forcées de fuir les villages.
29 mars 1947 : début de massacre à Madagascar
L'historien Jean Fremigacci (maître de conférence à Paris-Sorbonne et à Tananarive) est revenu en 2003 sur le bilan comptable : " Un manichéisme de principe interdit d'analyser les éléments du drame et de le comprendre, et en particulier de distinguer entre répression militaire et répression policière. La première, après la série de crimes de guerre commis dans l'hystérie des six premières semaines (qui ont fait entre 1 000 et 2 000 morts) a été d'une relative modération, imposée par le Haut-commissaire De Coppet (et le général Garbay). La seconde, si elle n'a tué personne, a commis des excès indéniables qui ont aveuglé tant la justice et les historiens en instaurant dans des centres urbains restés calmes une peur sociale durable : celle-ci, avec le martèlement de la propagande communiste, est la véritable origine de la mémoire d'effroi qui s'est constituée à la suite de l'insurrection. ".
Cependant, le nombre importe moralement peu. Françoise Raison-Jourde, historienne également, a insisté le 29 mars 2007 : " Le nombre donné par l'historien Jean Fremigacci dans un numéro récent du magazine "L'Histoire" paraît correct à notre milieu de spécialistes : 30 000 à 40 000 morts au lieu des 89 000 annoncés à l'époque par le Haut-commissaire de Madagascar. Ce chiffre avait l'avantage de terroriser les Malgaches. Aujourd'hui, les vieilles élites bourgeoises des Hautes Terres s'accrochent à ces chiffres. Mais que ce soit 40 000 ou 89 000 morts, cela change peu la force du traumatisme. " ("Le Monde").
Le massacre de 1947 a été incontestablement une véritable tache rouge indélébile dans l'histoire française du début de la IV e République. Est-ce que pour autant, comme le candidat Emmanuel Macron l'avait affirmé le 15 février 2017 en Algérie que la colonisation aurait été un " crime contre l'humanité " ? Je ne le crois pas. À Madagascar, comme un peu plus tard en Algérie, les atrocités commises par des militaires français n'étaient pas le fait de la "colonisation" en elle-même mais plutôt de gouvernements (faut-il préciser dirigé par des socialistes ?) qui n'avaient aucune conscience de l'humanité dans son cadre universel. Comme les Américains au Vietnam puis en Irak.
C'est ce que Jean Fremigacci a proposé : " Cette insurrection reste bien une page sombre de la colonisation française, mais c'est moins le procès des militaires qu'il faut faire que celui des politiques. Le drame aurait pu être évité si les responsables français à Paris avaient su négocier avec [Joseph] Ravoahangy en 1946, et lui éviter d'être débordé par les extrémistes. La véritable responsabilité de la République est bien là, dans son incapacité à négocier. ".
Et le 25 décembre 2004, Jean Fremigacci a répété ceci, avec des mots encore plus clairs : " Faut-il considérer tous ces morts comme victimes de "massacres colonialistes" ? À l'évidence, non. Pas plus que d'Oradour [malgache], il n'y a eu de "génocide oublié" à Madagascar. Mais la question peut être posée autrement : ces morts pouvaient-ils être évités ? Et là, la réponse est oui. Seulement, ce n'est pas du côté des militaires et à Madagascar qu'il faut chercher les responsables, mais à Paris, du côté des politiques incapables de négocier, et qui ont détourné l'attention en laissant faire le procès de la Grande Muette, quitte à faciliter l'extraordinaire succès d'une propagande qui domine encore la vision de l'événement majeur de l'histoire de Madagascar au XXe siècle. " ("Marianne" n°401).
Soixante-dix ans plus tard, l'heure n'est pas à la repentance mais avant tout, à l'étude historique pour connaître tous les faits et les faire connaître dans un souci de mémoire. Les Français de 2017 ne peuvent être tenus pour responsables des exactions meurtrières de "pacification" que leurs dirigeants, plus de deux tiers de siècle plus tôt, ont laissé faire sinon décidé.
" C'est peut-être trop tôt ? C'est peut-être à notre génération d'en parler ? En France comme à Madagascar ? Nos parents, des deux côtés, étaient peut-être trop touchés par cet événement pour en parler sereinement ? Je ne sais pas. En tout cas, les gouvernements qui se sont succédé n'ont jamais manifesté le désir de transmettre la mémoire, aussi bien du côté de la France que de Madagascar. (...) Quels sont les officiers impliqués dans ces répressions ? Pourquoi n'ont-ils jamais parlé ? " (Jean-Luc Raharimanana, 49 ans).
Aussi sur le blog.
Sylvain Rakotoarison (29 mars 2017)
http://www.rakotoarison.eu
Pour aller plus loin :
"L'anticolonialisme (cinquante ans après). Autour du Livre noir du colonialisme", Afrique & histoire, 1/2003 (vol. 1), p. 245-267.
"1947 : l'insurrection à Madgascar" par Jean Fremigacci ("Marianne" n°401, le 25 décembre 2004).
Le massacre de 1947.
Le pire n'est jamais sûr (28 janvier 2014).
Le gouvernement de Roger Kolo (18 avril 2014).
Discours d'investiture de Hery Rajaonarimampianina du 25 janvier 2014 (texte intégral).
Vidéo du discours d'investiture de Hery Rajaonarimampianina.
L'angoisse de la page blanche.
Résultats de la CENIT (3 janvier 2014).
Nuages noirs sur le processus électoral.
Le second tour de la présidentielle.
Duel Robinson vs Rajaonarimampianina.
Les résultats officiels du 1er tour de la présidentielle malgache (à télécharger).
Victoire du processus électoral malgache.
Jour J de la démocratie malgache : présentation des candidats.
L'élection présidentielle du 24 juillet 2013 aura-t-elle lieu ?
La feuille de route adoptée.
Un putsch en bonne et due forme.
Le prix du sang.
Et si cela s'était passé en France ?
La nouvelle Constitution malgache.
Le gouvernement malgache pour appliquer la feuille de route.
Liste de mai 2013 des candidats à l'élection présidentielle.
29 mars 1947 : début de massacre à Madagascar
http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170329-madagascar.html
http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/29-mars-1947-debut-de-massacre-a-191179
http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2017/03/28/35101160.html


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sylvainrakotoarison 1164 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine