Magazine Assurances

Décès : quelle perspective pour les défunts appareillés d’un Nano Pacemaker ?

Publié le 31 mars 2017 par Daniel Leprecheur

Ce point est du reste rigoureusement encadré par l’article 2213-15 du Code Général des Collectivités Territoriales qui stipule que :

« Si la personne décédée était porteuse d’une prothèse fonctionnant au moyen d’une pile, un médecin ou un thanatopracteur atteste de la récupération de l’appareil avant la mise en bière.»

Un geste chirurgical difficile

Généralement réalisée par l’agent de chambre funéraire, cette opération est aujourd’hui devenue impossible à l’heure des nano pacemakers.

Grâce aux évolutions technologiques, les piles cardiaques ont été réduites de taille, et sont désormais placées au sein même des tissus, ce qui supposerait d’ôter carrément le muscle pour en débarrasser la dépouille : un geste chirurgical qui suppose l’intervention d’un spécialiste en place des généralistes ou des thanatopracteurs habituellement impliqués … et ne respecte guère plus l’intégrité du cadavre prescrite par la loi.

Une situation préoccupante

La situation est sinon alarmante, du moins sérieuse : des autorisations d’inhumer sont refusées par crainte des conséquences éventuelles.

Ainsi une famille située en région Centre a dû attendre le verdict des autorités plusieurs mois, ballottée entre les pompes funèbres, le tribunal et les services sanitaires qui refusaient d’accréditer l’inhumation d’un membre du clan.

Avec une moyenne de 60 000 interventions par an, le nano-pacemaker va très vite se généraliser, car plus petit, plus solide et durable et plus aisé à poser sans appliquer un protocole lourd. Et la question de son extraction après décès va donc poser problème, si la loi n’évolue pas au rythme des avancées médicales.

Modifier la loi ?

Or, il se trouve que la situation a récemment évolué : suite à la publication d’une étude datée de janvier 2017 certifiant la sécurité et la salubrité de la gamme Micra produite par la firme Medtronic, un arrêté diffusé ce 20 mars autorise six mois durant l’inhumation et la crémation de dépouilles équipées des nano pacemakers de cette marque, cela à des fins d’observation et de test.

Cela pourrait constituer à terme un véritable soulagement pour les personnes concernées même si des points d’ombre demeurent.

Des progrès à opérer

En effet, il n’y a aucun moyen de certifier que la prothèse installée provient de chez Medtronic : cette  donnée, secrète, est scellée dans le dossier médical du défunt, auquel il est impossible d’avoir accès.

L’information devrait donc être inscrite sur le certificat de décès… pour peu que le médecin signant ce document soit au courant ou ait le réflexe d’y penser… à moins qu’il ne mente sur ce point.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Leprecheur 1968 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine