Magazine Bien-être

Le Stress Vient de la Déconnexion de Notre Corps

Publié le 01 avril 2017 par Moutassem @HMoutassem
Le Stress Vient de la Déconnexion de Notre Corps

Écouter le podcast

Podcast: Lire dans une autre fenêtre | Télécharger (Durée: 10:18 - 14.2MB)

Retranscription du podcast

Avant hier, une patiente a amené avec elle deux belles mangues prêtes à être mangées. Cela fait maintenant 3 semaines que je vois des patients à Bangkok. Et l'un des aspects qui m'a surpris dans le fait de pratiquer la chiropratique en Thaïlande, c'est que le sujet du stress n'est que très rarement évoqué.

Les personnes qui viennent au cabinet parlent volontiers de leurs douleurs physiques, de leur mauvaise posture au travail, de leur surmenage, de leurs chutes ou accidents passés, mais elles ne mentionnent pas le fait d'être stressées.

Lorsque je demande, à travers l'assistante, si elles sont en ce moment inquiètes, dépassées par les évènements, soucieuses... en un mot stressées, l'assistante me regarde avec de gros yeux et elle est gênée de faire la traduction.

Le stress à toutes les sauces

La culture du stress ne semble pas avoir pris en Thaïlande. Cela me change de l'occident où l'on met le stress à toutes les sauces: il y a le stress au travail, le stress d'élever une famille, le stress par rapport aux finances, le stress de savoir ce que l'on veut faire de sa vie. Sans oublier que les informations télé sont anxiogènes, les bouchons en voiture aussi. Et même partir vacances peut s'avérer stressant.

Cela contraste donc avec mes patients Thaïlandais qui ne mentionnent pas le stress, et qui lorsque je leur pose la question, me répondent par le négatif.

Et pourtant lorsque j'examine leur corps, ils présentent les mêmes signes qu'une personne en France faisant face à beaucoup de stress.

Leur respiration est superficielle, les muscles des mâchoires sont tendus et sensibles au toucher, et la posture est fermée. Leur corps présente les signes d'une physiologie de stress.

De plus, ils notent avoir mal un peu partout, à la nuque, aux épaules et au bas du dos. Ils ont du mal à dormir et se réveillent tendus. Là aussi cela correspond à une personne sujette au trio commun au monde moderne: stress, mauvaise posture, sédentarité.

Après plusieurs échecs de communication sur le stress avec mes patients thaïlandais, j'ai essayé une autre approche.

" Non, je ne suis pas stressée "

La patiente aux mangues a la cinquantaine passée et ses principales préoccupations sont son mal au cou et le fait qu'elle n'arrive pas à trouver le sommeil. Elle note travailler dans un bureau " depuis toujours " et s'occuper de sa famille. Je remarque qu'elle a un regard doux et triste.

Lors de la première séance, sa nuque et son dos étaient tendus. Sa respiration était faible et lorsque je lui ai demandé de respirer plus profondément elle a dû forcer et solliciter les épaules pour pouvoir le faire.

Allongée avec ses yeux fermés, je pouvais voir le rapide mouvement de ses yeux. Elle notait se sentir en confiance avec moi, mais je voyais qu'elle avait du mal à se détendre, à laisser aller.

Après la séance, je lui ai demandé si elle avait tendance à beaucoup réfléchir surtout le soir avant de dormir, si elle avait du stress en ce moment.

C'était une supposition de ma part, mais je ne prenais pas trop de risque, car elle présentait tous les signes d'une personne anxieuse.

Elle me répondit avec un sincère sourire: " non ".

Je me suis demandé si l'assistante avait bien fait la traduction, mais je n'ai pas insisté.

J'ai alors décidé d'approcher cela sous un autre angle. À sa seconde visite, je lui ai expliqué qu'elle n'était pas suffisamment à l' écoute de son corps, qu'elle devait réapprendre à être attentive à ses sensations pour éviter d'accumuler à nouveau les tensions, et que j'étais là pour l'aider à faire cela.

Cette explication semble avoir mieux été comprise. La visite d'après elle a noté avoir bien fait les exercices que je lui avais montré, qu'elle dormait mieux et se sentait moins endolorie ... et elle m'a offert deux belles mangues.

En y réfléchissant, ce que l'on appelle le stress en occident n'est pas autre chose qu'une déconnexion de nos ressentis.

Le stress: tension entre nos ressentis et nos choix

Le stress indique la tension qui se crée entre nos ressentis et la demande extérieure. Si vous ressentez le besoin de dormir, mais par obligation vous vous forcez à vous lever tôt cela est source de stress. Si votre corps a besoin de bouger et vous lui imposez 4 heures de suite en position assise, c'est du stress. Si vous ressentez le besoin de vous isoler, mais vous êtes contraint de participer à un meeting, c'est aussi du stress.

À chaque fois qu'il y a 2 forces opposées - ce que l'on ressent et ce que l'on doit faire -, on éprouve du stress. Et plus l'opposition est grande, plus le stress est durement vécu.

Nous vivons à une époque où les ressentis du corps sont mis de côté, car nous nous imposons d'agir selon ce que la société attend de nous (ou plutôt ce que l'on croit que la société attend de nous).

Cela est tellement devenu la norme, que notre capacité à ressentir les messages subtils du corps ne fonctionne plus comme elle le devrait. On néglige nos ressentis et on agrandit le gouffre entre nos besoins et nos actions. Et ce n'est que lorsque le corps arrive à bout et qu'il se manifeste à travers ses signaux d'alarme (tensions, douleurs, symptômes) que l'on est forcé d'y prêter à nouveau attention.

L'expérience du stress est avant tout interne

En occident, en associant le stress à toutes les activités du quotidien, on risque de croire que la cause est extérieure. Pourtant le ressenti du stress reste avant tout dû à une incapacité à ressentir notre corps (et nos émotions, notre intuition) et à agir en accord avec nos ressentis.

Réapprendre à tourner l'attention vers soi sera le meilleur moyen de gérer le stress. On saura alors quels changements sont nécessaires pour diminuer la tension entre nos besoins et nos actes du quotidien.

À noter que cela ne voudra pas forcément dire tout changer, mais faire des adaptations simples qui feront une grande différence sur la santé et le niveau de vitalité. Par exemple se lever régulièrement pour marcher et s'étirer lorsque l'on passe sa journée en position assise. Cela peut sembler évident, mais trop peu de personnes le font, car elles sont si peu attentives à leur corps.

En conclusion

La tension que l'on ressent en soi, et qu'en occident on appelle stress, est avant tout le résultat d'un désaccord entre nos besoins et nos choix du quotidien. Pour connaitre nos besoins et pour savoir ce qui nous fait bien, il faut pour cela réapprendre à être attentif à nos ressentis. Seulement alors pourra-t-on nous adapter intelligemment (sans sacrifier notre bien-être) à un environnement changeant et plein de challenges.

Si le sujet de la conscience du corps vous intéresse:

Réapprendre à écouter le corps Se réaligner avec le corps et ses ressentis (vidéo)

Articles qui peuvent vous intéresser

    Respirer pour Gérer son Stress (vidéo)

    4 mouvements pour accompagner la respiration Ces 4 exercices vont permettre de : - Se détendre au bureau ou à la maison. - Relâcher les épaules et les trapèzes. - Améliorer l'amplitude respiratoire. - Se préparer à une séance de méditation....


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Moutassem 44034 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine