Magazine Santé

MICROBIOTE vaginal : Pourquoi l'infection urinaire suit souvent les rapports sexuels – PLOS Pathogens

Publié le 02 avril 2017 par Santelog @santelog

MICROBIOTE vaginal : Pourquoi l'infection urinaire suit souvent les rapports sexuels – PLOS PathogensNotre corps est habité de millions d'agents pathogènes qui se " réveillent " soudain pour provoquer une maladie en réponse à des agents déclencheurs inconnus. Cette étude de l'Université de Washington suggère que la composition du microbiote vaginal d'une femme influence ainsi sa susceptibilité à ce type d'infections. L'étude montre qu'une bactérie en particulier induit E. coli cachée dans la vessie, à déclencher l'infection urinaire. Or une femme sur 2 éprouve des infections urinaires au cours de sa vie et en dépit du traitement antibiotique, environ une sur 4 développe des infections récurrentes dans les 6 mois suivant l'infection initiale. Ces conclusions présentées dans PLoS Pathogens contribuent à expliquer pourquoi certaines femmes éprouvent ces infections urinaires à répétition, après les rapports sexuels.

Gardnerella vaginalis (G. vaginalis), cette bactérie qui va " réveiller " E. coli dans la vessie, et l'induire ainsi à déclencher une nouvelle infection urinaire. Car la vessie, comme de nombreux organes est habitée par son propre microbiome ou communauté de microbes, dont ces réservoirs d'Escherichia coli latentes. On sait que les infections urinaires se produisent le plus souvent lorsque les bactéries qui vivent à l'intérieur de l'intestin pénètrent dans les voies urinaires et en particulier dans la vessie. Chez les jeunes femmes sexuellement actives, environ 80% des infections urinaires sont causées par E. coli. La récidive de ces infections est généralement associée à un " retour " d'E. coli dans les voies urinaires, cette recherche suggère une autre option : la bactérie vaginale G. vaginalis réveille E. coli dans la vessie qui déclenche une nouvelle infection urinaire.

Car Gardnerella vaginalis n'entraîne pas elle-même l'infection urinaire mais elle endommage les cellules présentes à la surface de la vessie et favorise la multiplication des E. coli latentes issues d'une précédente infection. La démonstration est faite ici chez des souris femelles, modèles de vessies infectées avec E. coli, atteintes une première fois d'infection urinaire puis traitées jusqu'à récupération. Un mois après l'infection, aucune E. coli n'est plus détectée dans leur urine, cependant de petits groupes d'E. coli persistent à l'état latent dans la vessie, à des niveaux indétectables dans les urines. Lorsque les chercheurs introduisent dans les vessies de souris soit Lactobacillus crispatus, une autre bactérie vaginale, ou G. vaginalis ou de l'eau salée stérile (groupe témoin), ils constatent que si les 2 types de bactéries vaginales sont éliminés de la vessie dans les 12 heures, avec G. vaginalis réapparaît E. coli dans l'urine de plus de la moitié des souris exposées. Les souris ayant reçu l'autre bactérie vaginale ou de l'eau de mer stérile sont 5 fois moins susceptibles de développer une nouvelle infection urinaire.

De la vessie aux reins : chez certaines des souris infectées par G. vaginalis, G. vaginalis " passe " de la vessie aux reins, via les voies urinaires. Un processus qui existe également chez les femmes et qui aboutit dans 1% des cas à l'infection rénale. Ici, toutes les souris présentant G. vaginalis ou E. coli dans leurs voies urinaires présentent des lésions rénales et 6% des souris porteuses des 2 bactéries dans leurs voies urinaires présentent des lésions rénales sévères, voire mortelles. En d'autres termes, la présence de G. vaginalis rend E. coli plus susceptible de provoquer une maladie rénale sévère.

Et G. vaginalis chez la femme ? Alors qu'on ne prête que peu d'attention à la présence de G. vaginalis chez les femmes atteintes d'infections urinaires, pourtant la bactérie a probablement contribué à l'infection. Il s'agit donc de poursuivre les recherches et d'informer d'ores et déjà les médecins des effets de la vaginose bactérienne sur le risque d'infection urinaire. D'autant que les antibiotiques classiques ne débarrassent pas la patiente de G. vaginalis.

Rapports sexuels et infections urinaires : Enfin, l'étude contribue à expliquer pourquoi certaines femmes éprouvent des infections urinaires récurrentes après avoir eu des rapports sexuels : tout simplement parce que des bactéries vaginales comme G. vaginalis sont déplacées dans les voies urinaires pendant les rapports sexuels.

March 30, 2017 DOI: 10.1371/journal.ppat.1006238 Transient microbiota exposures activate dormant Escherichia coli infection in the bladder and drive severe outcomes of recurrent disease

MICROBIOTE vaginal : Pourquoi l'infection urinaire suit souvent les rapports sexuels – PLOS Pathogens
Lire aussi: MICROBIOTE VAGINAL et VIH: Un lactobacillus pour neutraliser le virus -


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 67150 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine