Magazine Santé

Quelle place pour le plasma riche en plaquettes (PRP) dans l’arthrose ?

Publié le 03 avril 2017 par Khaled Benokba

Les concentrés plasmatiques riches en plaquettes ou platelet-rich plasma (PRP) ont bénéficié récemment d’un large développement dans l’arthrose, sous forme d’injection intra-articulaire à visée symptomatique.

Le plasma riche en plaquettes, ou PRP, se compose de plasma sanguin ayant une concentration augmentée de plaquettes. Il est obtenu par centrifugation de sang autologue, prélevé sur le patient.

Mécanisme d’action du plasma riche en plaquettes 

Le relargage par les plaquettes activées d’un nombre considérables de médiateurs solubles comme des facteurs de croissance ou des cytokines vont entraîner des interactions complexes et différentes selon les tissus au sein de l’articulation. In vivo, l’effet du PRP semble être favorable sur la prolifération des chondrocytes et leur différentiation.

En revanche, les données de la littérature sont beaucoup plus controversées sur l’effet sur les synoviocytes et sur la modulation de l’angiogenèse. Il existe probablement un effet anti-inflammatoire précoce des PRP qui passerait surtout par l’inhibition de la voie NFKappa B, ce qui reste à confirmer par des études type preuve de concept.

D’un point de vue symptomatique 

Dans la gonarthrose, la majorité des essais randomisés semblent en faveur d’un bénéfice symptomatique discrètement supérieur à la viscosupplémentation (acide hyaluronique), surtout dans les stades précoces de la maladie et uniquement sur des données à moyen terme. Il reste cependant de nombreuses incertitudes sur le protocole d’injection à utiliser.

Pour la coxarthrose, il est bien trop tôt pour tirer des conclusions sur son efficacité, avec un seul essai randomisé négatif versus acide hyaluronique et aucun versus placebo.

D’un point de vue de la tolérance, les effets indésirables sérieux semblent rares, y compris infectieux ou allergiques, mais les douleurs post-injections sont plus fréquentes qu’avec les autres traitements injectables dans l’arthrose.

Référence : Revue du Rhumatisme.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Khaled Benokba 20940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines