Magazine Société

La guyane en courroux qui se veut deal du salut

Publié le 03 avril 2017 par Fabianus
LA GUYANE EN COURROUX QUI SE VEUT DEAL DU SALUT
La Guyane, vaste territoire d’Amérique du Sud (83.000 km²) est un de nos départements d’outre-mer. Mais son éloignement de Paris (7000 km) la rend étrangère aux préoccupations de la Métropole et de tous ses maîtres au poli teint. Sauf que, depuis quelques semaines, les Guyanais se sont invités dans la campagne électorale française en faisant fuser  leur courroux, suivant le fil d’Ariane de l’indignation. Les caméras se braquent alors sur ce morceau de France, voisin du Brésil et que dynamisent brusquement « 500 frères » contre l’insécurité. Ce sont des hommes encagoulés mais qui, contrairement aux Corses, ne cherchent pas à plastiquer mais vont de place en place tiquant contre l’incurie de la France face aux violences subies là-bas. Oui, ces hommes en noir, mais non armés, sont les fers de lance de toute une population exaspérée de subir une violence due à l’oisiveté mais liée à une immigration débridée. L’Eldorado exercée par la base de Kourou (lancement des fusées Ariane) a suscité des venues en masse de voisins Surinamais, qui parfois surinent à mort. Il y a aussi des Brésiliens, venus du sud : des orpailleurs marrons, au cœur bancal, aurifère, qu’alors y faire ? Justement, on peut y faire régner l’ordre ! C’est la priorité pour la population ! La vie économique ne peut se développer que dans un climat serein, hors des rackets, assassinats, agressions diverses. Halte aux drogués que le démon de l’aiguille anémie quand il est, dans le sang des Guyanais, mis. Alors il faut interpeller ce pouvoir en fin de règne. Le collectif « Pou La Gwiyann dékolé » (pour la Guyane décoller !) demande à Hollande et à son gouvernement d’entamer les discussions avec la société guyanaise qui n’en peut plus d’être victime, de coups massifs, de coups, de coûts… Alors Matthias Felk, le nouveau ministre de l’Intérieur s’est déplacé. Felk est le nouveau patron des policiers depuis que le père Leroux s’est fait démissionner de la Place Beauvau pour avoir mis beaucoup de chic au rets lui permettant d’aller pêcher ses fillettes comme assistantes parlementaires). Felk, aux fosses allures de Hollande, se dit qu’il faut panser les plaies. Il faut penser l’épeler F-E-L-K  soit « et feu est l’cas », un cas d’incendie qui nécessite un pompier de service. Il tient quand même à se faire accompagner de son homologue des Outre-Mer, Ericka Bareigts, petit brunette, native de Saint Denis, et donc, de ce fait, spécialiste de la réunion. Et pourtant les réunions patinent. Alors Ericka débloque la situation en présentant des excuses : "Tout à l’heure on m’a demandé de faire mes excuses au peuple guyanais. Au bout de tant d’années d’histoire, c‘est à moi que revient l’honneur de dire au peuple guyanais, au-delà de ma personne, de ma petite personne, au-delà des fonctions, toutes mes excuses au peuple guyanais pour qu’ensemble nous puissions construire le quotidien mais aussi l’avenir de la Guyane", a déclaré la ministre.  Excuse de quoi ? Rien n’est précisé mais à l’image d’un « je vous ai compris » gaullien, la petite marque d’attention fait son effet : les discussions reprennent autour de la petit princesse Ericka en espérant qu’il n’y aura pas trop de bla bla : faut qu’je travaille, lance-t-elle en sentant que l’heure est gaie pour les transactions. Alors elle sort le chéquier pour sortir d’une situation carafe-Cayenne. On va payer des fonctionnaires de gendarmerie pour bien plomber la dette fillonnesque et on injectera entre 30 et 50 millions pour construire un tribunal de grande instance et une prison à Saint-Laurent où tant de marauds nient les règles de bienséance. Quatre cent millions d’€ seront injectés dans l’éducation pour faire une belle ardoise (dira le Sarthois) mais surtout pour combler un retard considérable. 85 millions d’euros irrigueront le système de santé guyanais tel le remède sain. De l’argent, toujours de l’argent et ça fait marrer les oiseaux. Ils se marrent au nid comme des pies rogues. -    Ah, ah, ah ; ils n’ont rien compris ! On est marri pas sous la pénurie de ressources, encore que… Non, nous on veut un autre statut pour la Guyane ! Alors les représentants du collectif ont rejeté le protocole d’accord qui leur avait été soumis, estimant que le plan d’urgence de 1,085 milliard d’euros annoncé la veille était du « saupoudrage »
Ericka est repartie, triste à en mourir en se disant qu’on ne peut attendre de l’Etat tout (attendre de laids tatous).
Le collectif "Pou La Gwiyann dékolé" demande désormais « au président de la République et au gouvernement d'entamer les discussions avec la société guyanaise afin d'ouvrir un débat clair, transparent, visant à doter le pays, trop éloigné des centres de décisions hexagonaux, d’un statut particulier pour la Guyane" ! Pourtant, un référendum sur l'autonomie de la Guyane s'était tenu en 2010. Le "non" l'avait largement emporté. Mais cette crise est l'expression de l'échec de ce refaire-un-DOM, observe Gauthier Horth, un membre du collectif, car le cadre réglementaire n'est pas du tout en adéquation avec la réalité guyanaise. Alors oui, les blocages continuent, et la revendication porte désormais sur 2,5 milliards d’euro et un autre statut. Pour le premier ministre, sortant d’une case neuve et pas vraiment créole, la demande est irréaliste ! C’est, pour l’instant, l’impasse alimentée par un pas de tir de courroux. La petite Bareigts soupire encore.
Tant d’efforts pour rien minent son âme, Ericka.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabianus 931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine