Magazine Culture

Héritier(s)

Publié le 07 avril 2017 par Jean-Emmanuel Ducoin
Rendons son noble art à la politique: Sapere Aude.
Héritier(s)Penser. Une campagne électorale – étouffante et éprouvante – vaut bien des sports de combat entre penseurs. Y mettre des idées, du nerf, du courage et de l’esprit. Surtout de l’esprit. Non comme une flânerie désinvolte, mais bien comme une philosophie de vie appliquée à la matière vivante, la plus belle qui se puisse imaginer, même par les temps qui courent : la politique. Dimanche dernier, en regardant le meeting de Jean-Luc Mélenchon, à Châteauroux, par-delà l’émotion des mots choisis et des thématiques empreintes de fraternité et de cette envie d’en découdre, le bloc-noteur se prit à rêver que toute citoyenneté dans l’ordre de la transmission des concepts et des représentations devienne assez semblable. Un orateur, des gens pour écouter la structuration d’un programme, jusque dans le détail du réel existant et possible. L’intelligence du propos au service de démonstrations où l’«émetteur» transforme les «récepteurs» en êtres conscients de ce qu’on leur propose, sans que la théorisation ne se veuille jamais ni parfaite ni définitivement achevée. Et même si nous pouvons ne pas être d’accord sur tout, cette envie de bouffer les idées les unes derrières les autres ressemblent à s’y méprendre à un parcours initiatique référencé que tout individu souhaiterait visiter pour se grandir à l’heure des choix démocratiques. En vérité, une formule tutélaire flottait ce jour-là dans cette salle éveillée, une formule à laquelle personne ne songeait vraiment, pourtant elle était là, frappante d’évidence, car elle rendait son noble art à la politique: Sapere Aude (Osez penser). Résistance. Il n’y a rien d’élitiste dans cette histoire. Juste de l’appropriation collective: réfléchir ensemble, échanger, construire, s’élever. Comme l’expliquait l’autre jour l’historien Jean-Yves Mollier dans «ActuaLitté, les univers du livre», avec un enthousiasme contagieux alors qu’il parcourait les allées du Salon du Livre de Paris en apostrophant les visiteurs: «Quand les sciences humaines étaient sports de combat, Messieurs-dames, on y va! On pense par soi-même!» A une poignée de jours du premier tour de l’élection présidentielle, l’homme ne convoquait les sciences humaines par hasard. «Ces dernières opposent une résistance, et mène même une lutte avec la réalité», précisait-il, venant à citer Pierre Bourdieu quand celui-ci évoquait la sociologie «qui n’est pas destinée à faire plaisir». Tout ne serait-il donc qu’à réinventer? Tout ne devrait-il, ainsi, valoir que déconstruction permanente? Puisque le débat suscite la controverse et que Jean-Luc Mélenchon en personne n’y échappe pas, c’était comme si ses digressions de fin meeting, à Châteauroux, venaient serpenter sur les chemins de la plus haute philosophie, conviant, sans les nommer, les Bourdieu, Lévi-Strauss, Foucault, Barthes, Castoriadis, Deleuze et autre Derrida ou Debray, tous ceux par lesquels notre intelligence contemporaine se souleva au-delà de nous. Que le candidat de la France Insoumise nous pardonne. La faute lui revient. S’il nous convie, souvent, à mépriser l’air du temps et les minables logorrhées que nous infligent les médias dominants, alors oui, nous puisons quelquefois grâce à lui dans les grands livres des Illustres pour mieux inspirer l’à-venir. Toute refondation nécessite des bases solides ; toute déconstruction de la fabrication des élites ou du savoir réclame de l’invention. Telle sont les deux premières marches d’une révolution citoyenne. Voilà pourquoi nous sommes résolument avec «Les Héritiers» de Pierre Bourdieu, avec «La Grammatologie» de Jacques Derrida. Cela pourrait presque suffire à notre bonheur. Celui de retrouver «la» politique, la vraie, afin d’achever la crise de régime en redonnant du sens à l’action politique. Pour ne pas douter que le conseil de Kant, repris d'Horace, «Sapere Aude», soit toujours bien vivant.  [BLOC-NOTES publié dans l'Humanité du 7 avril 2017.]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Emmanuel Ducoin 9787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte