Magazine Société

Trump s'en va en guerre

Publié le 08 avril 2017 par Fabianus
TRUMP S'EN VA EN GUERRE
Il y a quelques jours de cela, le 3 avril, Trump, l’imprévisible et nouvel homme fort des USA avait invité à la Maison Blanche son homologue égyptien Abdel Fatah Al Sissi. C’est la première visite à la Maison Blanche d’un président égyptien depuis Hosni Moubarak en 2009.
Répressif chez lui, tortionnaire dans l’âme, le président Al Sissi, militaire en costume, ne pouvait que plaire au milliardaire américain qui n’a jamais caché son attirance pour les grands moyens quand il s’agit de lutter contre le terrorisme djihadiste.
Persona non grata aux USA, durant l’ère Obama, le général égyptien s’est donc vu aux premières loges chez l’oncle Sam.
Je veux faire savoir à tous, au cas où il y aurait le moindre doute, que nous soutenons le président Al Sissi. Il a fait un travail fantastique dans une situation très difficile. Nous soutenons l’Égypte et le peuple d’Égypte , a ajouté le président américain, sans aucune réserve.
Et de se serrer la main car entre crapules on ne craint pas de se salir. Les deux hommes ont tant de choses en commun : l’anti « djihadisme » et la mégalomanie. Les projets pharaoniques habitent chacun de ces cerveaux : pour Al Sissi c’est l’extension du canal de Suez et pour Trump c’est le long mur qui séparera les USA du Mexique.
Mais surtout Al Sissi est venu chercher des armes et le rétablissement dun accord de financement militaire que le grand noir avait suspendu en 2015. Cet accord permettrait au nouveau pharaon de s’acheter des tanks à crédit, tout comme des avions de guerre et autres petits gadgets létaux.
Car une Egypte réarmée peut se montrer un bien meilleur rempart contre la menace djihadiste. Trump veut des hommes forts au Moyen Orient pour faire obstacle à Daech. Au nom de la lutte contre cet état islamique il était prêt à fermer les yeux sur les exactions du maître de Damas, le Syrien Bachar Al Assad.
Sauf que tout s’est bouleversé dans la tête du chef américain depuis cette attaque chimique du mardi 4 avril contre la ville de Khan Sheikhoun. Une attaque au gaz sarin, sûrement ordonnée par Bachar Al Assad, a projeté dans la mort 86 personnes civiles innocentes, dont 27 enfants.
L’émotion a gagné tous les pays le régime de Bachar a de nouveau été montré du doigt. On croyait avoir obtenu l’élimination des armes chimiques en Syrie, on imaginait le tyran de Damas assagi après la chute d’Alep, on n’extrapolait  pas qu’il puisse à nouveau franchir la ligne rouge, et pourtant
Alors, après avoir exprimé son dégoût face aux tragiques photos denfants anéantis, Donald Trump a décidé de frapper.
Il a ordonné une frappe ciblée
Vers 03h40, ce vendredi matin heure de Syrie (20h40 jeudi soir à Washington), les Etats-Unis ont lancé 59 missiles de croisière contre la base de Shayrat, d’où auraient décollé les appareils responsables de l’attaque de mardi !
Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), quatre soldats syriens ont été tués par ces frappes qui «détruit presque totalement» la base aérienne du régime qui était visée.
Des années de tentatives de faire changer Assad ont échoué, et échoué dramatiquement», a souligné Donald Trump depuis sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, où il reçoit jusqu’au soir du vendredi 7 avril,  le président chinois Xi Jinping. Le visage grave, la voix très posée, le milliardaire a  adjuré toutes les «nations civilisées» de se joindre aux USA «pour chercher à mettre fin au massacre et au bain de sang en Syrie».
Le message est clair : Bachar doit cesser sur le champ l’usage de ses armes chimiques (censées démantelées) ! Mais les frappes ciblées soulèvent des questions diverses : comment Poutine, qui soutient Bachar, va-t-il réagir ? Trump va-t-il continuer de frapper, encouragé qu’il est par la coalition de l’opposition au régime de Damas ?
Pour Donald Trump, l’exercice s’avère de haute voltige. L’homme qu’on croyait hermétique à la misère du monde a réagi face à l’enfance martyrisée et à l’horreur d’une guerre injustifiée contre une population civile.  
L’impulsion a fait le reste. L’imprévisible hôte de la Maison Blanche a choisi la réponse militaire et fait parler les missiles tomahawk.
L’homme qui se faisait le chantre d’une Amérique repliée sur elle-même est en train de se métamorphoser, de prendre des risques extérieurs.
On prie pour qu’ils ne soient pas incontrôlés dans cette poudrière qu’est devenu le proche orient ! Il avait serré de sa poigne Celle de l’autocrate égyptien Entre requins on se témoigne Quelques lyrismes régaliens Al Sissi venait quémander Un droit de nouveau chalandage A même de se réarmer Contre un même ennemi sauvage Le pharaon des temps obscurs Avait poussé sur l’échiquier L’attrait de sa musculature Endurci de plans policiers.
Trump adorait les dictateurs Pour un peu, les aurait copiés Mais il jaillit un flot d’horreurs Sur l’écran noir d’atrocités. Des femmes et des enfants réduits En spasmes de suffocations Le sarin tapissa la nuit De son manteau d’exécution Khan Sheikhoun aux poumons broyés Sous le bombardement chimique Implorait en sa perdition La fin d’un long chemin tragique.
A-t-il pensé à son enfant En voyant l’enfance brisée ? Barron, son fils, éperdument Au cœur de son intimité. Il a fait sourdre la colère Au bout d’un fleuve de dégoût Et pour la première fois, de guerre S’est érigé maître avant tout. Avant le temps diplomatique Et le feu vert de l’ONU D’une vengeance épidermique Contre Bachar diable absolu.
Ses tomahawks ont fracassé Les dernières fiertés de Shayrat Mais sur les ruines enfumées Les interrogations s’ébattent. Comment réagira le Tsar Qui de Bachar s’est fait l’écu ? Déjà le Kremlin se déclare Offusqué des tirs imprévus. Poutine évoque l’agression Contre un Etat dit souverain Dans une amnésie de tensions Par lui livrées aux Ukrainiens.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabianus 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine