Magazine Humeur

Paris XII : NON à une serre agricole sur le toit enclavé d’une teinturerie industrielle !

Publié le 10 avril 2017 par Delanopolis
Le groupement des locataires Erard Charenton du 163 rue de Charenton, dans le douzième arrondissement, un des ensembles HLM les plus volcaniques de Paris, continue son combat contre les débilités municipales ... Paris XII : NON à une serre agricole sur le toit enclavé d’une teinturerie industrielle !
Cette association lance une pétition locale de proximité (boites à lettres) et à l’échelle de Paris disponible sur le site change.org Cadre de vie : sans concertation, sans transparence et au détriment de ses administrés, cette implantation a valu « avis favorable » de Madame Baratti-Elbaz, Maire du XII, sans qu’il n’ait été présenté la moindre étude d’impact sur les troubles de jouissance associés : bruit et lumière diffuse liés à ce type d’activité 7/7 j 24/24 h ! Serre agricole de 1200 m2 enclavée sur le toit d’une teinturerie industrielle, surplombé, en vis-à-vis direct avec plus de 120 appartements pour des productions agricoles qui finiraient dans quelles assiettes ?

Etrange qu’un permis de construire ait pu être délivré - toit loué par Paris Habitat - pour un site de production agricole d’une installation classée pour la protection de l’environnement (teinturerie industrielle d’importance) au Code de l’Environnement dans un milieu enclavé à très forte densité de population. Activités industrielles qui nécessitent l’utilisation de produits toxiques et dangereux comme le Perchlorethylène ou Tetrachloreothylene souligne la Caisse Régionale d’Assurance Maladie de l’Ile de France qui rejettent déjà des vapeurs par trois extracteurs d’air implantés sur un sous-toit mitoyen à cette teinturerie et en vis-à-vis avec les logements d’un important bâtiment.

Tout aussi étrange : La documentation jointe à la demande d’autorisation Permis de Construire montre le peu de cas que fait l’auteur du projet pour l’environnement. Il mentionne seulement que « l’aspect miroir du matériau limitera autant qu’il le peut la perception de cette nouvelle verticale ». A-t-il volontairement ignoré les bruits et la lumière diffuse de nuit et la réverbération du soleil sur les façades qui auront des répercussions jour et nuit y compris à l’intérieur de logements dont des chambres à coucher ? Ou alors !?



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delanopolis 94237 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines