Magazine Info Locale

Le FN et l'histoire de la seconde guerre mondiale : Marine Le Pen a de qui tenir

Publié le 10 avril 2017 par Gezale

Ceux et celles qui connaissent mal ou ne connaissent pas du tout l’histoire de la seconde guerre mondiale pourraient se laisser abuser par les propos récents de Marine Le Pen. La guide du Front national a déclaré sur une radio « que les responsables de la rafle du Vel d’Hiv ce n’était pas la France mais ceux qui étaient au pouvoir ». La rafle du Vel d’hiv, en 1942, demeure une tache indélébile sur les pages de notre histoire. Plus de 13 000 juifs, enfants, parents, vieillards ont été « ramassés » par la police et la gendarmerie française, parqués dans le vélodrome d’hiver dans des conditions d’hygiène et de promiscuité effroyables avant d’être déportés et gazés en Pologne dans les camps de la mort nazis (1).
Il a fallu la franchise et le respect de la mémoire des victimes de la part d’un Jacques Chirac, pourtant gaulliste, mais inspiré, pour déclarer que cet acte inhumain avait été commis au nom de la France par l’Etat français au pouvoir à Vichy. François Hollande marchant dans les pas de Jacques Chirac a réitéré cette responsabilité si difficile à reconnaître par un François Mitterrand dont on ne connaissait pas la face cachée de sa jeunesse à la droite de la droite et son histoire contradictoire avec Vichy d’abord et la résistance ensuite où il s’engagea courageusement il faut l’avouer. Toutefois, son amitié à l’égard de René Bousquet, l’ancien chef de la police de Vichy, en choqua plus d’un.
Emmanuel Macron affirmait ce matin dans un tweet qu’on ne devrait jamais oublier que Marine Le Pen est bien la fille de son père dont les propos négationnistes ont été plusieurs fois condamnés par la justice française. Dans son fol élan nationaliste, Marine Le Pen en oublie les élémentaires faits historiques qui ne font polémique qu’à l’extrême droite. Il est pour le moins étonnant qu’un Florian Philippot ose assurer que la France n’était pas à Vichy mais à Londres alors que Pétain était acclamé par des foules enthousiastes, qu’il s’était trouvé des parlementaires élus (sauf 80 d’entre eux) pour lui accorder les pleins pouvoirs, que des ambassadeurs étrangers considéraient le gouvernement de Vichy comme le gouvernement légal de la France et que peu de Français se souciaient de la condamnation à mort du général de Gaulle (2). Et c’est bien au nom de l’Etat français que le statut des juifs a été édicté et que des sections spéciales ont jugé des Français sans défense contradictoire dans des procès expéditifs dont les jugements étaient écrits d’avance.
Marine Le Pen a commis une bourde énorme. Depuis ce matin, elle rame, rame encore pour tenter d’atténuer la portée de ses propos. Mais les Français, les patriotes dont elle se réclame à tout bout de champ, ne lui feront pas le cadeau d’une excuse. L’expression de Marine Le Pen reprend les vieux thèmes chers à l’extrême droite antisémite. Extrême droite à laquelle appartient son père. Marine a donc de qui tenir.
(1) Moins ce cent des 13 000 ont survécu et son revenus en France après la guerre. (2) Il y a soixante-dix ans, le tribunal militaire permanent de la 13ème région, siégeant à Clermont-Ferrand, condamnait Charles de Gaulle à la peine de mort pour trahison, atteinte à la sûreté extérieure de l’État, désertion en temps de guerre. Les généraux qui composaient ce tribunal prononçaient également sa dégradation militaire et la confiscation de ses biens.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine