Magazine Société

Le phénomène du divorce en question

Publié le 16 avril 2017 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! Recherche par tags (mots-clés) Recherche d'évènements (agenda) Les ruptures ne sont plus aujourd’hui le fruit d’un phénomène rare. De 44.000 divorces en 1972, nous sommes passé à 127.000 divorces pour l’année 2014 selon l’Institut National d’Études Démographiques (INED). Soit un chiffre quatre fois plus élevé en 30 ans. Aujourd’hui, sont recensés en moyenne 350 divorces par jour. On considère que près de 45% des mariages en France, aboutissent au final à un divorce.

En parallèle, le taux de nuptialité a lui lourdement chuté à partir des années 1970. Le nombre de mariage a presque été divisé par deux depuis les années '70. Ces chiffres sont néanmoins à nuancer: au-delà de ce tableau noir de l’évolution des divorces et des mariages depuis 30 ans, la France connaît depuis 2010 une inversion de la courbe des divorces. D’après l’INED, les divorces ont chuté, passant de 130.810 en 2010, à 120.568 en 2014.

Comment peut-on expliquer une telle augmentation des divorces en 30 ans? Quelles évolutions notables dans notre société ont pu entrainer une telle augmentation des divorces?

Maître Gamot avocate spécialiste du divorce et du droit familiale explique l’augmentation des divorces par deux raisons principales. Dans un premier temps, l’avocate évoque la libéralisation de la femme depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et son impact sur le mariage. "À partir des années 1960 les femmes s’indépendantisent, notamment par le biais du travail. Avec celui-ci, elles ont pu se permettre de quitter leur mari, n’étant plus dépendantes financièrement d’eux. Avec cette émancipation sociale et économique de la femme, la vision du mariage évolue dans la société. Ce n’est plus un mariage entre deux familles, où le père devait marier ses filles. C’est bien l’union de deux personnes libres."

Dans un second temps, en pleine révolution culturelle des années 68 et devant ce nombre croissant de divorce, l’État français décide de faciliter une première fois les procédures de divorces. Ce que tend à expliquer l’avocate: avec la loi du 11 juillet 1975, le divorce est rendu possible dans différents cas. Au divorce sanction s’ajoute le divorce remède. Il y a dès lors trois causes de divorces. Puis en 2004 de nouveau le gouvernement prévoit d’instaurer 4 nouveaux types de divorces. "Désormais tout est prétexte au divorce" poursuit maître Gamot.
C’est notamment à travers l’émancipation des femmes dans la société moderne, que les lois de la République semblent s’adapter à cette évolution des mœurs. Favorisant alors l’indépendance et la liberté de tous individus, et par la même occasion le divorce. L’évolution de la famille et la refonde du code civil font alors émerger une sociologie du divorce. Longtemps tabou, le divorce semble ainsi s’être banalisé, pour devenir une norme légitime et tout à fait acceptable dans notre société du XXIe siècle.

Mais pourquoi le divorce a-t-il diminué de 8% entre 2010 et 2014? Une thèse, développée par des chercheurs américains que confirme le sociologue Jean Claude Kaufman dans son livre "Piégée dans son couple", nous indique qu’en temps de crise économique, les couples préfèrent reporter leur divorce, faute de moyens. "En outre, le divorce est le reflet de la société" conclut maitre Gamot.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 103531 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine