Magazine Info Locale

Erdogan gagne son référendum mais à quel prix ?

Publié le 17 avril 2017 par Gezale

Quand on lit les résultats du référendum turc organisé hier par le président Erdogan, on ne peut que déplorer la disparition de la démocratie au bénéfice d’une autocratie dangereuse. En concentrant les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, Erdogan sort des schémas institutionnels propres aux canons de nos républiques. Il devient l’homme fort de la Turquie avec 51 % des voix et musèle toutes ses oppositions déjà bien mal en point après les décisions présidentielles succédant au coup d’état de juillet dernier. Il ne manque plus que l’organisation d’un référendum rétablissant la peine de mort pour tuer définitivement le projet d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne aujourd’hui bien mal en point.
Malgré la suspicion de manipulations et de fraudes, Erdogan a gagné son pari. Certes, il ne s’agit pas d’un plébiscite puisque la Turquie est nettement divisée en deux et que les grandes villes dont Ankara, Izmir et Istanbul ont voté contre le oui. Le principe du référendum — je l’ai souvent écrit sur ce blog — ne permet pas les nuances : c’est oui ou c’est non ! C’est souvent ainsi que les défenseurs du référendum conçoivent le dialogue démocratique : passer au-dessus des partis, des corps intermédiaires et éviter toute explication rationnelle ou tout débat contradictoire structuré. C’est si vrai que les 18 articles approuvés hier par les Turcs n’ont même pas été adressés aux citoyens qui n’ont reçu que deux bulletins de couleur. La campagne a été marquée par l’omni présence d’Erdogan sur les affiches, les écrans de télévision, l’opposition devant se contenter de la portion congrue. Et quand on pense à tous ces journalistes, démocrates, universitaires, fonctionnaires, emprisonnés et réduits au silence, il est déjà miraculeux que près de 49 % des Turcs aient répondu Non.
Voilà pourquoi je combats le référendum. Il a toutes les apparences de la démocratie mais en réalité il n’est qu’un outil de puissance. Dans des mains dangereuses, il devient un instrument d’oppression au service d’un parti, d’un clan, d’un homme. En France, les défenseurs acharnés du référendum que sont Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon savent combien l’émotion et le « simplisme » comme dirait François Hollande ont de prise sur l’opinion. Les gaullistes aussi aimaient bien le référendum. De Gaulle l’a d’ailleurs payé au prix fort en 1969 car il arrive, parfois, que ceux qui posent les questions reçoivent de mauvaises réponses. Ou en tout cas, pas celles qu'ils escomptent.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 6896 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine