Magazine Santé

RÉGIME SANS GLUTEN : En l'absence de maladie coeliaque, il fait plus de mal que de bien – BMJ

Publié le 05 mai 2017 par Santelog @santelog

RÉGIME SANS GLUTEN : En l'absence de maladie coeliaque, il fait plus de mal que de bien – BMJLes régimes sans gluten chez les personnes sans maladie cœliaque ne doivent pas être encouragés. Exclure le gluten de son alimentation, pour cause de troubles intestinaux mais sans diagnostic formel de maladie cœliaque peut faire plus de mal que de bien, tranche cette nouvelle étude de grands instituts de recherche américains. Des données présentées dans le British Médical Journal qui contestent la tendance " branchée " mais non cliniquement motivée d'éviter tout gluten et l'associe même à un risque accru de maladies cardiaques.

Le gluten est une protéine trouvée dans les grains, tels que le blé, l'orge et le seigle qui déclenche l'inflammation et des troubles intestinaux chez les personnes atteintes de maladie cœliaque. Cependant, une tendance récente vante les avantages possibles pour la santé d'un régime sans gluten, y compris pour des personnes qui n'ont pas la maladie cœliaque. Ainsi, une analyse des données de la cohorte NHANES a montré que l'adhésion à un régime sans gluten chez des personnes exemptes de maladie cœliaque a été multipliée par 3 entre la période 2009-10 et la période 2013-14, atteignant une prévalence de 1,69%. Cette étude montre que ces personnes qui souffrent de symptômes intestinaux mais qui ne répondent pas aux critères formels de la maladie peuvent avoir des problèmes cardiovasculaires, avec un régime sans gluten.

Les chercheurs de la Columbia University, du Massachusetts General Hospital, de la Harvard Medical School, du Brigham and Women's Hospital et de la Harvard T. H. Chan School of Public Health ont suivi de 1986 à 2012, 110.017 participants exempts de troubles cardiaques au début de l'étude, dont leur régime alimentaire et l'incidence d'événements cardiaques. Parce que le régime alimentaire peut être modifié en raison d'une maladie (diabète, cancer, événement cardiaque, ou intervention chirurgicale), les chercheurs ont pris en compte le régime alimentaire des participants avant le développement éventuel de telles conditions.

L'analyse constate qu'après prise en compte des autres facteurs de risque, la consommation de gluten n'est pas liée au risque de crise cardiaque. Cependant, des sous-analyses plus fines montrent que la réduction de la consommation de gluten des grains entiers (blé, orge et seigle) est bien associée à un risque accru de crise cardiaque par rapport à une consommation normale de ces nutriments. Précisément,

-l'apport journalier moyen de gluten au début de l'étude était de 7,5g chez les femmes et de 10g chez les hommes dans le groupe de consommation la plus élevée, vs 2,6g chez les femmes et 3,3g chez les hommes dans le groupe de consommation le plus faible.

-Les personnes ayant la consommation plus élevée de gluten ont tendance à boire moins d'alcool, à moins fumer, à consommer moins de graisses, moins de viande rouge non transformée et plus de grains entiers et de grains raffinés.

-Au cours de l'étude, 6.529 participants (soit 5,9%) ont subi une crise cardiaque.

-Après prise en compte des facteurs de risque connus de maladie cardiaque, la différence entre les groupes n'apparait pas statistiquement significative.

-Mais lorsque les chercheurs examinent l'impact de la consommation de gluten dans les grains entiers, ils constatent que les personnes ayant la plus forte consommation de gluten ont un risque réduit de 15% de développer une crise cardiaque sur les 25 années de suivi.

Ainsi, l'étude confirme qu'un apport raisonnable de gluten, par l'intermédiaire de grains entiers -et en l'absence de maladie cœliaque bien sûr- ont un risque réduit de maladie cardiaque. Ainsi, les régimes sans gluten chez les personnes sans maladie cœliaque ne doivent pas être encouragés.

2017;357:j1892 May 2 2017 Long term gluten consumption in adults without celiac disease and risk of coronary heart disease: prospective cohort study

RÉGIME SANS GLUTEN : En l'absence de maladie coeliaque, il fait plus de mal que de bien – BMJ
Plus d'études sur le Régime sans gluten


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine