Magazine Société

Adieu aux bêtes, d'Antoine Jaccoud

Publié le 05 mai 2017 par Francisrichard
Adieu aux bêtes, d'Antoine Jaccoud

Les bêtes auront disparu.

Retournées à la forêt pour quelques-unes.

Tout simplement disparues pour les autres.

Intituler son monologue Adieu aux bêtes, comme le fait Antoine Jaccoud, c'est admettre l'hypothèse de leur disparition, afin de nous rendre compte que nous n'aimons ces êtres que lorsqu'ils nous manqueront.

Si les bêtes disparaissent, ce ne peut être que de notre faute, prétend celui qui monologue. Il est, du coup, prêt à un arrangement pour qu'elles reviennent. Pourquoi ? Parce que nous avons besoin d'elles.

Elles devraient se laisser toucher parce que nous leur donnons de jolis noms: 

Aux choses, on ne donne pas de noms.

Pas de jolis noms en tous cas.

Aux choses, nous ne parlons pas. Enfin, en principe. Avec les bêtes, nous observons des rituels (qui sont souvent infantiles: ne le faisons-nous pas avec nos propres enfants quand ils sont encore tout petits ?).

Ces rituels existent parce que l'amour des bêtes est dans le sang de certains d'entre nous:

Soucis d'encre.

Bêtes à chagrin.

Hantise permanente de les perdre.

D'avoir cet amour dans le sang n'empêche pas d'aucuns de faire une différence entre les petits et les grands:

Manger les grands, les adultes, oui, à la rigueur, en tout cas à l'époque, à l'époque d'avant l'adieu aux bêtes, mais dévorer les petits, ronger les os des petits, ça non.

A toi, l'humain, le monologueur rappelle, en passant, que: où qu'elle soit la bête ramène le sale dans ton existence(alors que tu as appris dès l'enfance à ne pas l'être).

Ce n'est pas plus mal:

Le propre inhibe. Le sale fait de toi un homme libre.

Le sale est le jeu tandis que le propre est la punition.

De médire des bêtes ou de les manger, tu n'as pas de quoi être fier. A quoi bon t'en confesser, puisque le mal est fait de toute façon. Changer de pitance ne t'a en effet servi à rien, puisque d'autres que toi en ont pris prétexte pour accélérer le départ des bêtes...

Beau résultat, après quatorze mille ans :

Nous voilà seuls.

Entre nous, somme toute.

Francis Richard

Adieu aux bêtes, Antoine Jaccoud, 76 pages éditions d'autre part

(Ce monologue a été créé sous le titre Le Zoophile, au Théâtre de Vidy, à Lausanne, le 27 avril 2017)

Livre précédent chez le même éditeur:

Country (2016)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francisrichard 12008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine