Magazine Société

La dernière carapate de lanoux

Publié le 06 mai 2017 par Fabianus

LA DERNIÈRE CARAPATE DE LANOUX

Louis la brocante ne promènera plus son vieux Citroën Type H. Victor Lanoux s'est éteint dans la nuit du 3 au 4 mai, à Royan.

Né d'un père juif tunisien et d'une mère catholique normande, Victor Nataf est envoyé dans la Creuse, pour échapper aux rafles parisiennes. Il y vivra jusqu'à l'âge de 11 ans sous le nom de Victor Lanoux.

Il revient sur Paris et travaille dans les champs, à l'usine et en tant que parachutiste en Algérie. A 22 ans, il se retrouve machiniste sur le plateau de Notre-Dame-de-Paris de Jean Delannoy. De là va naître sa vocation pour la comédie. Il s'inscrit au cours de Solange Picard. En 1959, il commence par un rire dans Coquillage à l'oreille de Bompian. En 1961, il débute au cabaret avec un certain Pierre Richard. A eux deux ils s'escriment à faire rire le public par des sketches plus ou moins drôles.

L'homme a son premier rôle dans La Vieille Dame indigne de René Allio en 1964. Un film attachant évoquant la vieillesse espiègle et servi par une magnifique chanson de Jean Ferrat.

Repéré par Georges Wilson (le père de Lambert), il joue au Théâtre National de Paris, puis travaille avec Roger Planchon au Théâtre de la Cité de Villeurbanne, écrit et met en scène Le Tourniquet et Le Péril bleu en 1973 et 1974.

L'année suivante, Yves Boisset le recrute pour " Dupont la joie "(1974) et " Folle à tuer " (1975), tandis qu'il tourne dans " Cousin, cousine" de Tacchella (1975) avec Marie Christine Barrault. Avec Yves Robert, il joue dans Un éléphant, ça trompe énormément (1976) et Nous irons tous au paradis (1977) , Le Bal des casse-pieds (1992)

La production le tente. Il crée " Les films de la Drouette ", société avec laquelle il produit notamment " un si joli village " ou " Boulevard des assassins "

Et puis vient la fameuse série des " Louis la brocante " . On y retrouve le Victor Lanoux à la fois gouailleur et sympathiquement patibulaire.

L'homme est fragile du cœur. Il connaît une première épreuve cardiaque en 2007 et en ressort paraplégique. Malgré tout, il surmonte et tourne encore des épisodes du brocanteur.

Mais la camarde finira par le rejoindre. Il s'éteint en nous laissant le souvenir d'un acteur attachant.

Le meilleur hommage pourrait revenir à sa compagne de tournage, Evelyne Buyle, qui incarne son ex-femme dans la série télévisée :

C'était un immense travailleur [...] et c'était quelqu'un de très pudique, ce qui fait que l'on avait parfois l'im­pres­sion que c'était un homme un peu bougon mais en fait c'était un cœur en or. Un homme d'une grande géné­ro­sité. Et je crois que le public se rendait compte de ça.

Petit Victor loin dans ta Creuse

Qu'était la vie, horrible gueuze

En ces temps de tumeur maligne

Du boulevard des assassins

T'aura chanté douce cantate

D' un si joli village aimé

La paix rhabillant tout Paris

Tu reviendras dans la cité

Avec Pierrot, d'humeur maligne

Et te voilà dans le grand bain

Au bout du bout du banc, des planches

Tu deviens le grand comédien

Elle court, elle court la banlieue, oui

Pour te savourer à l'écran

Fine moustache et gueule d'amant

L'attrait pour ton jeu théâtral

Y a-t-il un Français dans la salle

Les voleurs de la nuit s'efforcent...

Mais même à eux faudrait payer

Pour qu'ils renoncent au grand honneur

Qui dédaignerait ton phrasé

Et te trouverait ridicule.

Je sais rien, mais je dirai tout

Je dirai tout de mon bien être

Si gentillet sous cet air dur

Mais moins retors, ah, je vous jure

Que le pachyderme éléphant

Ça trompe ça trompe énormément.

Tout ça c'est du passé Victor

Puis vient la nuit, l'exécuteur

Le crépuscule de ton vieux cœur

Jusqu'aux silences d'agonie

Avec un ange annonciateur :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabianus 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine