Magazine Assurances

Dijon : les funérailles d’un SDF seront financées par une cagnotte Leetchi

Publié le 08 mai 2017 par Daniel Leprecheur

L’émotion est d’autant plus forte que la famille de Ludovic, désireuse de lui organiser un enterrement digne, s’est vu réclamé entre 3000 et 5000 euros par l’opérateur funéraire consulté afin de mettre en place la cérémonie. Ne disposant pas de la somme requise, le neveu, qui adorait son oncle, s’est vu contraint de lancer un SOS via internet, en organisant une cagnotte sur le site Leetchi.

Il y exprime à la fois son profond attachement, son chagrin, explicitant le choix de vie de Ludovic. On sent toute sa détresse face à la demande de l’entreprise de pompes funèbres, la honte également d’avoir à quêter de cette manière, pour financer un service funéraire convenable. Ses accents ont visiblement touché le public puisque 36 % des fonds demandés ont été récoltés à ce jour, sur un total de 3911 euros.

Ce fait divers navrant en dit long sur le dénuement de certaines familles face aux dépenses imposées par un décès inattendu. Il met l’accent sur l’absence de solution pour des personnes pauvres, qui ne disposent pas de l’avance nécessaire afin d’acquitter un service funéraire convenable. Il souligne par ailleurs l’efficacité de solutions alternatives qui impliquent les dons de personnes extérieures, motivées par l’altruisme, l’empathie et la solidarité.

Enfin et surtout il questionne le manque de solutions proposées en la matière par les institutions pour les individus défavorisés. Si le corps d’un sans-abri décédé n’est pas réclamé, la commune est tenue de prendre ses obsèques en charge. Mais quand l’entourage se manifeste, il doit s’acquitter du paiement des prestations, peu importe son niveau de vie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Leprecheur 2425 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine