Magazine

Plutôt Bisounours ou miss France ?

Publié le 21 avril 2008 par Dalyna

Ces derniers jours, j’ai trouvé que l’actualité a marqué par sa stupidité et son incohérence. Pendant des jours et des jours, nous avons été bassiné avec le Tibet, les manifs, les pros, les antis, des badges de toutes les couleurs et avec des slogans tous plus « Miss France-isés » les uns que les autres… Bref, j’avais le sentiment que nous assistions à un canular mondial.

Je me suis promise de ne pas évoquer le Tibet. Non pas que les droits de l’homme ne soient pas importants à mes yeux, mais je n’ai pas compris cet engouement mondial pour cette cause là, en particulier. Il faudrait que quelqu’un m’explique pourquoi. Pourquoi le Tibet, et pas la Tchétchénie où ce ne sont pas des arrestations mais des meurtres en masse qui sont perpétrés chaque jour envers un peuple qui s’éteint en silence. Pourquoi le Tibet et pas nos clochards (c’est plus sympa que d’être assimilés à un sigle) qui crèvent sous les ponts et que nous croisons quotidiennement. Pourquoi le Tibet et pas cette crise alimentaire qui va dévaster l’Afrique et l’Amérique du sud et provoquer des famines venant ruiner des années de développement.

Alors oui, le malheur n’est pas mesurable, et toutes les causes sont importantes. Je ne souhaite pas minimiser le sort des tibétains, mais quand même, je n’arrive pas à comprendre. Ce qui me semble positif est de constater que la mondialisation aura au moins permis de réunir des centaines de milliers de personnes à travers la planète se battre pour une cause commune. Néanmoins, je persiste à trouver dommage que cette énergie ait été dépensée dans cette cause là, sachant que d’autres autrement plus urgentes passent complètement inaperçues dans l’opinion. Certes, tous les combats en faveur des droits de l’homme ne sont que louables. Seulement, il y a autre chose qui me pousse à remettre en question ces soudains levers de boucliers. A écouter les commentaires des tibétains eux-mêmes, ne souhaitant ni l’indépendance ni le boycott des JO de Pékin, j’ai vraiment eu le sentiment d’assister à un gag lorsque les manifestants se sont acharnés autour de cette pauvre flamme. Comme dit Kouchner, il ne faudrait pas être plus tibétains que les tibétains. Et puis, d’une manière générale, je pense que les peuples sont assez intelligents pour mener leur propre révolution et savoir ce qui est bon pour eux. Je n’aime pas les donneurs de leçons… C’est trop facile de la jouer « terre des droits de l’homme » et d’aller faire la guerre au nom de la paix, ou encore de critiquer un régime (et son peuple au passage) au nom d’idéaux quand on ne les respecte pas dans son propre pays. Pour moi, nous ne pouvons pas dire que les droits de l’homme sont respectés lorsqu’un homme se retrouve à la rue sans avoir les moyens ne serait-ce que de prendre une douche ou de s’acheter une baguette.

En conclusion, c’est l’hypocrisie qui me dérange dans tout ce remue-ménage mondial.

D’une part, concernant les politiques. Gordon Brown s’est empressé d’annuler sa venue à la cérémonie d’ouverture, Nicolas Sarkozy demande que le Dalaï Lama ait droit à une médiation avec la Chine, et Rama Yade n’a cessé de faire des déclarations plus contradictoires les unes que les autres. Mais ce qui m’intrigue, c’est le fait que cette soudaine prise de position n’a eu lieu qu’après et seulement après les manifestations mondiales. Au début, tout allait bien dans le meilleur des mondes au pays des politiques. Je trouve cela étonnant que ce qui est devenue la pire ignominie du moment, passait il y a peu complètement inaperçue à leurs yeux. Quant aux chaleureuses poignées de mains échangées avec Khadafi, Poutine et autres dictateurs en parallèle… N’en parlons même pas.

D’autre part, il y a l’hypocrisie de RSF (qui ne connaissait rien du Tibet il y a 2 jours), et de David Douillet avec cette fabuleuse affaire de badges. Pour se dédouaner de participer à des jeux olympiques controversés, voilà qu’on propose aux sportifs de porter un badge que même les Bisounours auraient honte d’afficher. Soit, on y participe, soit on y participe pas, mais les pseudo-engagements, je pense qu’il n’y a rien de pire. Aux dernières nouvelles, le badge s’est vu refusé, et il paraît qu’ils planchent déjà sur un autre modèle. J’espère au moins que miss France n’est pas encore renvoyée.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dalyna 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog