Magazine

Mon combat avec un salarié toujours en retard de 30 minutes

Publié le 29 mai 2017 par Antoinekowalski

On dit souvent que les patrons abusent des licenciements, et qu'ils profitent des avantages que leurs offrent les contrats précaires pour se débarrasser des employés présents depuis des années, indéracinables et aux contrats bien trop onéreux à leurs goûts. Mais ce n'est pas toujours le cas !

Mon parcours

En effet, peut-être qu'il est plus avantageux d'embaucher un jeune apprenti ou un jeune stagiaire qui débute plutôt qu'une personne déjà qualifiée qui mérite plus. Bien sûr que le travail final sera (sans doute) le même grâce aux aides des anciens ou de la formation initiale offerte.

Pourtant, ce n'était pas mon cas, moi qui suis patron d'une grande boîte d'ameublement près de Paris. Des fois, ce n'est pas uniquement le salaire qui pose problème, et ce n'est pas parce que je suis patron que je suis forcément coupable ! J'ai mis bien des années à monter ma boîte, moi qui n'étais qu'un jeune diplômé de BTS marketing, j'ai su monter en grade, être fidèle à mon poste et toujours rester digne de confiance.

Année après année, j'ai économisé et appris beaucoup de choses sur le terrain, pour enfin monter un projet d'investissement très prometteur. J'ai aussi réussi au fil des années à m'entourer de personnes capables d'éprouver de l'intérêt dans leur travail, la passion qu'ils éprouvent pour leur métier émanant aisément de leurs gestes techniques et professionnels.

Mon combat avec un salarié toujours en retard de 30 minutes

Ma difficulté

Malgré cela, en tant que patron de la boîte, je dois des fois prendre certaines décisions seules. En écoutant mes collaborateurs se plaindre d'une personne en particulier de façon récurrente et fatigante, j'ai remarqué que ce même individu arrivait plusieurs fois par semaine en retard et qu'il refusait d'effectuer certaines tâches qui lui incombait.

J'ai donc consulté mon avocat ( http://www.dmasson-avocat.fr) pour savoir comment procéder. Il m'a conseillé de lui envoyer une lettre recommandée à chaque retard en lui signifiant bien qu'il s'agissait d'un avertissement, et que les heures récupérées à la fin de la semaine ne suffisaient pas à rattraper tous les retards accumulés.

C'est ainsi que je me suis retrouvé au Tribunal et que j'ai pu gagné pour faute de manquement au travail. N'attendez donc pas le dernier moment pour agir : anticipez de loin la situation embarrassante qui vous attend en demandant conseil à un professionnel des juridictions.

Il vous donnera la marche à suivre légale afin de faire les choses dans les règles et de vous assurer que vous êtes dans vos droits.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :