Magazine Journal intime

Lecture : Philippe Claudel - Le bruit des trousseaux

Par Gui10sto
Philippe Claudel fait partie de ces auteurs contemporains français que je n'avais encore jamais lu mais dont le nom ne m'était pas inconnu. Auteur productif (des dizaines de livres parus en à peine quinze ans) mais aussi réalisateur de films, on le voit à la télévision, récemment encore dans un épisode de "La grande librairie" sur France 5.
Lecture : Philippe Claudel - Le bruit des trousseauxSouhaitant commencer à accumuler de la documentation sur la vie dans les prisons françaises en vue d'un futur projet (de roman, pas de cambriolage) j'ai donc récupéré un exemplaire de son bouquin intitulé "Le bruit des trousseaux". 
Ce petit livre écrit par l'auteur en 2002 se propose de donner quelques pistes et autant d'impressions sur ses ressentis de visiteur. Car Philippe Claudel s'est rendu en maison d'arrêt afin d'y dispenser des cours de français. Il y a croisé une multitude de détenus, d'horizons différents et riches d'histoires très diverses. Jamais voyeur, jamais larmoyant, sans non plus tomber dans le pathos, Claudel en a extirpé des pensées et des réflexions qu'il rapporte sous forme de paragraphes rapides et nerveux. Récit plutôt que roman, recueil de souvenirs personnels plutôt qu'encyclopédie scolaire, ce court bouquin est très réussi. 
Les tranches de vie de ces détenus nous amusent, nous touchent, nous peinent, nous révoltent tour à tour; l'air de ne pas y toucher, car Claudel se met en retrait de ses personnages. Sans prendre ouvertement la défense des détenus ni justifier leur détention, il adopte une voie percutante et équilibrée qui s'intéresse avant tout à l'humain. 
Et à titre d'auteur, j'y ai noté quelques images et anecdotes vraies qui me serviront sûrement pour un prochain projet. En attendant je vais continuer à accumuler toute sorte de documentation sur le sujet, écrits et images. Si vous avez des conseils et des titres, surtout n'hésitez pas...

Extrait : "Il y a beaucoup de mensonges en prison, mais ils sont moins graves qu'ailleurs car ils sont essentiels. On ment pour exister un peu plus et on se ment pour continuer à se supporter. Les crimes bien réels rejoignent les cauchemars, et tout alors prend l'apparence d'une histoire inventée. C'est à ce prix que l'on peut survivre. Pour supporter la prison, il faut devenir un autre".



Philippe Claudel - Le bruit des trousseaux, Stock, 96 pages, 10.7 €

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gui10sto 292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte