Magazine

Max | Chansons

Publié le 25 juin 2017 par Aragon

chanson.jpgPlus j'avance dans le temps de ma vie plus le puzzle prend forme, se révèle. Je pensais que les défauts de mots encourageants et constructeurs à mon égard étaient source de tout le manque. Je me rends compte que si certaines personnes de mon entourage très proche du temps de ma jeunesse étaient défaillantes côté mots, elles ne l'étaient pas côté chansons. C'est sans doute pour cela que je leur accorde du crédit, que je leur en sais infiniment gré pour leurs chansons justement. Si mon père fut définitivement muet côté bouche, coeur et cerveau, ma mère et mon oncle (son frère) à défaut de démonstration et de mots aimants m'offrirent des chansons.

Les historiettes en notes toutes simples, par eux chantées, racontant les déconvenues de monsieur de Marlborough, m'invitant aux marches d'un palais bien mystérieux, me présentant de dynamiques lavandières du Portugal, un petit cordonnier un peu sorcier et drôlement futé qui voulait aller danser, un bateau blanc à destination de Tahiti, cette mystérieuse fille de Londres, le rythme envoûtant de cette éternelle valse brune, Margoton cette effrontée, ou ce que sera sera existentiel m'enchantaient, elles égayèrent et alimentèrent mon enfance.

Mon oncle connaissait 100 chansons qu'il chantait à tue-tête en allant dans les champs et les bois de sa vie de paysan, il me posait d'un geste vif et précis dans sa grande corbeille à foin qu'il mettait ensuite sur son épaule, il me juchait sur le dos d'une de ses vaches attelée pour aller vers les sillons à venir et il chantait, il chantait... Il connaissait 100 poèmes aussi et autant de livres par coeur. Que tout cela, tout ce beau, ne ressort-il pas de la marmite infernale de l'Alzheimer dans lequel il mijote actuellement ?

Je n'ai pas de réponses à ça. Il me semble que l'on construit sa vie avec l'envie de vivre, qu'on la déconstruit avec l'ennui de vivre...

Mais la chanson est là, c'est une fine mouche qui fait mouche à tous les coups, c'est une lumineuse fenêtre ouverte sur l'âme. Riche et précieuse. Elle construit les petits et les grands.

Comme l'amour, la rencontre de l'autre, la relation vraie : Indispensable...

(pardon pour ce défilé un peu nul de clichés féminins inappropriés pour ce merveilleux texte... mais Iggy !!!)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aragon 1451 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte