Magazine

On a tous besoin d'un redresseur de téton

Publié le 29 mai 2008 par Blaised
1b75916478f2d6da58f8ccfbc139ea8a.jpgLa quête du métier idéal est sans fin et elle entretient des nostalgies tenaces. Les jardiniers et les dealers vous le diront : l'herbe est toujours plus verte ailleurs. Pris dans les vicissitudes de son métier, tourmenté par les méandres d'une superstructure, ballotté par une marée permanente de tâches, on est seul à savoir la vérité de sa fonction. Seul à en connaître, derrière les mots et l'apparat, l'humiliante réalité, l'ingratitude, les compromissions minuscules et l'harassante érosion. Et les grelots valorisants que l'on ne manque pas d'agiter à l'extérieur forment un miroir dans lequel se reflète toute l'instatisfaction des autres, et vice-versa. On est tous le métier de rêve d'un autre.
Par exemple: durcisseur de téton.
Vous êtes de tous les défilés de mode. Votre matière première, c'est la mamelle délicate, la mignonne loche. Entre deux coupes de champagnes et trois bombes en slip, votre boulot consiste à stimuler, à l'aide d'un glaçon, les tétons de jeunes femmes magnifiques juste avant leur passage sur podium, et, conséquemment, nues, excitées et ivres. Un travail de précision, faut pas croire: essayez donc de tenir un glaçon entre vos doigts tout en traçant un cercle autour d'un petit promontoire rebelle, par exemple la mollette de votre souris! Pas facile, hein?
Eh bien, typiquement, ce boulot en apparence idéal cache sûrement plein de vices cachés. Imaginez-vous là-bas: vous subissez à longueur de stress les caprices dépressifs de rachitiques nauséeuses (et à petits seins, en plus); les rages de couturiers chroniquement insatisfaits qui ne vous voient même pas; et surtout, surtout, pour faire un travail soigné, vous êtes très probablement homosexuel, donc, bon, ça vous laisse un peu froid (surtout aux doigts).
Ainsi, c'est triste: même les redresseurs de tétons doivent rêver d'un autre job (ramasseur de quilles de bowling en fond de piste, peut-être ? hm, non). CQFD.
Remarque: le premier qui dit qu'en fait on leur met du gel glaçant sur les seins, je le bute (faut pas jouer avec les rêves des gens). De l'huile, à la limite. Ou du lait parfumé.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blaised 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte