Magazine Bourse

Bourse entre sous-réaction et sur-réaction.

Publié le 27 juin 2017 par Martin Raymond @investiralabour
Bourse entre sous-réaction et sur-réaction.

Le marché connaît des phases de calme de hausse, de baisse, d'exagération, de bulles et de dépression.

Sous-réaction

Le marché sous-réagit à une bonne ou à une mauvaise nouvelle, car il a l'habitude qu'à une nouvelle positive succède une nouvelle négative et inversement.

Par nouvelle, j'entends les résultats trimestriels ou annuels et toutes autres nouvelles importantes pour l'entreprise.

La sous-réaction peut durer de 1 à 12 mois. Il peut avoir une réaction de court terme, mais qui s'éteints dans les jours ou semaines qui suivent.

La tendance générale est au retour à la moyenne, ce qui peut prendre plusieurs années.

Sur-réaction

Lorsque série de nouvelles positives ou négatives se succède, le marché aura tendance à surréagir, et cette surréaction aura tendance à persister pendant des périodes allant de 3 à 5 ans.

" les arbres ne montent pas jusqu'au ciel ".

Le marché ne surréagit pas directement et ne passe pas d'une phase de sous-réaction à une phase de surréaction. L'esprit humain est ainsi fait qu'il lui faut du temps pour s'apercevoir qu'il y a quelque chose qui a changé (conservatisme). Il y aura toujours des acteurs qui seront des précurseurs, d'autres les suivront, s'ensuivra un mimétisme un effet moutonnier qui amplifiera la surréaction et conduira à l'exagération.

L'investisseur avisé détectera tôt le début d'une séquence de surréaction.

Certains investisseurs recherchent des sociétés qui font mieux (moins bien) que le consensus des analystes et considèrent que si une société a battu les analystes durant 3 trimestres consécutifs, statistiquement la société fera également mieux le quatrième trimestre. C'est l'investissement dans la surprise.

L'investisseur dans le momentum détectera tôt une entreprise en phase de surréaction et pourra en faire son profit.

L'investisseur dans la croissance achète une action cher pour la revendre encore plus cher. Il interviendra quand la surréaction est déjà bien établie, le danger dans ce type d'investissement est d'acheter trop tard quand la phase de surréaction s'épuise.

L'investisseur dans la valeur et le momentum achètera une action au début de la phase de surréaction quand l'action est encore bon marché et la détiendra jusqu'au moment ou elle est bien valorisée et évitera la période d'exagération.

Si nous ne pouvons jamais acheter au plus bas et vendre au plus haut, la connaissance de la psychologie des marchés nous aide à mieux investir.

Par Patrick VB.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Martin Raymond 330 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines