Magazine Histoire

Option préférentielle pour les pauvres....

Par Roger Garaudy A Contre-Nuit

Le jésuite Pierre Sauvage a codirigé un ouvrage monumental consacré à ce courant de pensée qui place les pauvres au cœur de l’Église

Vous avez consacré un « dictionnaire historique » à la théologie de la libération (Lessius, 2017, 650 p., 52 €). Ce courant appartient-il désormais au passé ?

Ce n’est pas un ouvrage d’archéologie ! La théologie de la libération s’ancre bel et bien dans une histoire – la deuxième moitié du XXe siècle – et dans un continent : l’Amérique Latine. Mais son intuition est universelle et plus que jamais d’actualité : quelles réponses apporter à une pauvreté et une injustice aussi massivement répandues ? Cette question, les théologiens y ont été confrontés bien avant le concile Vatican II et leur réflexion se poursuit dans le monde entier. L’ancienne génération incarnée par le théologien péruvien Gustavo Gutierrez – qui a forgé l’expression en 1968 – et le Brésilien Leonardo Boff a passé le témoin. Les dizaines de théologiens et chercheurs qui ont contribué à ce dictionnaire sont pour la plupart sud-américains, mais il y a aussi des Européens, des Africains, des Asiatiques… Ce sont eux qui font vivre désormais la théologie de la libération. Nous en sommes à la troisième génération et la clé de voûte reste la même sous toutes les latitudes : l’option préférentielle pour les pauvres.
>> ARTICLE A LIRE ICI EN ENTIER >>
Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest Libellés : Liens d'actualités, Marx, Théologie de la libération

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Roger Garaudy A Contre-Nuit 571 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines