Magazine Poésie

C’étaient des mains d’une beauté très rare,

Par Vertuchou

C’étaient des mains d’une beauté très rare, extraordinairement longues,

extraordinairement minces, et pourtant traversées de muscles extrêmement rigides

– des mains très blanches, avec, au bout, des ongles pâles, aux dessus nacrés

et délicatement arrondis.

Je les ai regardées toute la soirée, oui, je les ai regardées avec une surprise

toujours nouvelle, ces mains extraordinaires, vraiment uniques ;

mais ce qui d’abord me surprit d’une manière si terrifiante, c’était leur fièvre,

leur expression follement passionnée, cette façon convulsive de s’étreindre

et de lutter entre elles.


Stefan Zweig, Vingt-quatre heures dans la vie d'une femme

Partager cet article

Repost 0
C’étaient des mains d’une beauté très rare,
&version;

Vous aimerez aussi :

Hervé Joncourt n'avait jamais vu cette jeune fille
Hervé Joncourt n'avait jamais vu cette jeune fille
Lettres à Juliette Drouet
Lettres à Juliette Drouet
Je trouvai Albertine dans son lit
Je trouvai Albertine dans son lit
Tout de lui m'a été précieux
Tout de lui m'a été précieux

Emois

« Article précédent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine