Magazine Société

"Dirty Fashion": Les dessous de la politique à bas prix dans l'industrie de la mode

Publié le 03 juillet 2017 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! Recherche par tags (mots-clés) Recherche d'évènements (agenda) La Changing Markets Foundation, fondation œuvrant en faveur de solutions durables pour le marché global à échelle internationale, vient de mettre en ligne un nouveau rapport intitulé "Dirty Fashion". Sur le banc des accusés? H&M, Zara, Asos, Levi’s, Tesco, Benetton et Burton, Marks & Spencer, Asda, Dockers, Haggar, Next, Debenhams, Matalan ou encore Van Heusen.

Ces géants de la mode, adeptes de la viscose semblent avoir fait l’impasse sur la toxicité de la matière. Dérivée de la laine, la fibre semi-synthétique est artificielle. Elle nécessite l’utilisation de produits chimiques ainsi que de gaz nocifs tout au long de la chaîne d’approvisionnement. "L'application laxiste des lois environnementales en Chine, en Inde et en Indonésie" est selon le rapport, "la conséquence d’une production à bas prix menée par l’industrie de la fast fashion".

Passées au crible, plusieurs usines de viscose sont accusées de déverser des eaux usées non traitées dans les lacs et cours d’eau à proximité. En conséquence directe, la pollution est soupçonnée d’être à l’origine de la croissance anormale de certains cas de cancers et de nouveau-nés souffrants de diverses malformations dans les zones visitées. Les villageois cessent de boire l’eau de leurs puits et les activités traditionnelles telles que la pêche en souffrent tout autant.

L’industrie de la mode est le second plus gros pollueur de la planète. Avec 20% de la pollution des eaux, l’heure est à la mobilisation. Alarmant selon Natasha Hurley, directrice de campagne pour la Changing Markets Foundation, "la pollution des eaux est de plus en plus reconnue comme un risque d'activité majeur, la transition vers des pratiques de production plus durables devrait être une priorité pour ces enseignes".

Une politique stricte de pollution zéro comme solution? "De meilleures alternatives existent déjà puisque la viscose peut être produite avec une quantité réduite de produits chimiques dans une boucle de production resserrée pouvant diminuer la pollution. (...) Les grandes marques peuvent jouer un rôle clef dans ce processus en exerçant leur énorme pouvoir pour initier ce changement". Chose que le géant suédois H&M compte faire selon son affirmation au Guardian et priorité de la marque d’après le porte-parole de Mark & Spencer qui affirme que le problème des produits chimiques dans les usines de viscose était à la une de leur agenda.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 108031 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine