Magazine Société

HAMON CRÉE SON CONCERTO (Ah, mon cresson qu'on sert tôt !)

Publié le 03 juillet 2017 par Fabianus
HAMON CRÉE SON CONCERTO (Ah, mon cresson qu'on sert tôt !)
Quand il est venu à mon micro,  Benoît Hamon était détendu. Mais je pense que ça bouillait intérieurement. Après tant de défaites ! Le petit caporal déchu a tenté de m’expliquer pourquoi  il créait son nouveau mouvement : le mouvement du 1° juillet !  Un mouvement lent, adagio ! Une nouvelle petite musique ...
Fabiano : Parlons d’abord de votre score à la Présidentielle : 6 % ! Ça signifie quoi ?

Hamon : C’est un massacre à la tronçonneuse : scie pour sang ! On m’a littéralement écharpé ! Tout ça parce que je parlais de revenus unis vers celle…vers celle qu’on appelle Marianne, notre chère République qui a bien du mal à nous trouver du travail vu qu’il se raréfie eu égard à la robotisation. Oui, je voulais que nous revenions, tous solidaires, vers Marianne généreuse, donnant du blé à ceux qui n’ont plus de pain sur la planche, donnant de l’oseille à qui n’a plus de bouleau ! Fabiano : Oui, on a dit que vous étiez le doux rêveur, un peu trop utopiste
Hamon : C’est vrai, je me voyais déjà en haut de l’affiche. Mais un jour viendra je leur prouverai que j’ai du talent ! En fait, j’ai raison avant les autres ! Mon revenu d’heures en placement pour transformer le temps libre en pécule et toutes  mes idées sur la transition écologique vont, tôt ou tard, remuer la gauche ! Déjà, je sens, elles gagnent… est-ce Hamon sel ?
Fabiano : Ah, ah (rires) le sel de la Terre. Mais pour l’instant les sels minent héros ! On vous sent miné, non ?
Hamon : Non, déterminé ! Je me lance dans une nouvelle bataille avec trois grands chapitres de réflexion : le changement de notre modèle de développement qui ne peut plus être indexé que sur l’unique croissance du PIB ; les mutations du travail, oui,  et la question démocratique qui nous interroge sur le pouvoir réel des citoyens à peser sur les choix les concernant ! Car, pour l’instant, ce sont plutôt des cons cernés par le Macronisme aigu ! Fabiano : Vous ne semblez pas aimer Macron !
Hamon : Ben, disons que…non ! Il nous prépare une loi travail qui va ressembler à une casse sociale ! Il se fait pigiste d’ordonnances mais piges à casse !  Il va nous détricoter le code du travail car il le juge trop frein à l’emploi ! Il veut faire vivre les gros poissons ! Il est profondément libéral, darwiniste ! Et Darwin aide à ruine ! Les petits acquis sociaux, ces petits plus, il va les raboter, il va le rab ôter ! Fabiano : Et vous, vous radotez ! Macron c’est vraiment le diable ? Hamon : Je n’ai pas dit cela mais oui, en laissant ses talents faire s’étale enfer ! Une politique d’enfer a comme mots Dante, heu, accommodante pour le patronat et pour ceux qui rêvaient, cons, ces métaphores, heu, qui rêvaient qu’on sème état fort ! Macron est un libéral-autoritaire, mais il le montre en souriant ! Son maître es communication a dû lui dire : pour les prendre comme des rats dans la souricière il faudrait que vous sourissiez ! Oui, sa physionomie semble accorte, mais c’est l’accorte aux coûts : ça va casquer ! On sent déjà qu’il concentre tous les pouvoirs et joue le petit Napoléon ! Fabiano : Il n’est quand même pas aussi autoritaire que Valls ? Hamon : Je ne sais pas ! Je ne suis pas là pour parler de Valls que son show peint en chat loupé ! Il n’a pas trouvé  les bonnes griffes pour se battre et reconstruire le PS. Il a perdu, en fait, l’idée ! Fabiano : Et vous, vous avez la bonne arme ? Hamon : Oui, une arme qui ne craint pas l’eau : quelle étanche arme ! Je veux dire qu’elle est en charme car naît un 1° juillet, c’est féérique ! Fabiano : Je ne vois pas en quoi le 1° juillet, heu, c’est.. Hamon (il me coupe !) : Enfin, le 1° juillet : c’est la Saint Thierry ; tout à fées, tout à fées ! Et mon Mouvement du 1° juillet va s’inscrire sous de bons auspices, de bonnes ! Je vais repolitiser la gauche, je vais conscientiser les esprits. Je vais créer un site internet qui sera construit autour de 5 pôles… Fabiano (je le coupe à mon tour, non mais !) : Cinq pôles happent autres, hôtes et sales, honnis,…siens ! Hamon : Je n’ai rien compris ! Je vous prierai de ne pas me couper. J’en étais où ? Fabiano : A vos 5 pôles ! Hamon : Oui, il y aura l’écologie, le travail, la finance, la démocratie, et guerre et paix car en ce moment je lis Tolstoï. Ça m’inspire ! Fabiano : En parlant de guerre, heu, vous ne l’avez pas déclarée au PS ? Hamon : Non, je ne suis pas belliqueux. Hamon hait Mars et réciproquement je pense que Mars hait l’Hamon. Non, franchement,  je ne vais pas jouer l’âpre au fond dément, là, profondément ! Je sors du PS mais PS : je suis toujours socialiste et j’aime les socialistes même si la rose s’est fanée, siphonnée par Macron, sous faux nés hollandais… Fabiano : Et donc le Mouvement du 1° juillet s’inscrit dans la lignée socialiste ? Hamon : Oui, un nouveau Monde socialiste naît sur les ruines de Solférino !  Il vaut mieux faire cela en Juillet car après le moi doute ! Je construis un vaste mouvement de restructuration et, par la suite, je mettrai en œuvre des états généraux, généreux, générant de la synergie pour fabriquer une maison commune en vue des élections municipales de 2020.
Fabiano : Merci Benoît ! Je te souhaite bien du courage !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fabianus 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine