Magazine Culture

Dans le Jura, il fallait jurer sur Calmejane !

Publié le 08 juillet 2017 par Jean-Emmanuel Ducoin
Dans la huitième étape, entre Dole et la station des Rousses (187,5 km), victoire du Français Lilian Calmejane, auteur d’un véritable exploit dans le final. Il a vaincu ses compagnons d’échappée et une terrifiante crampe, à 5 kilomètres de l’arrivée…

Dans le Jura, il fallait jurer sur Calmejane !

Lilian Calmejane.

Route du Tour, envoyé spécial.
Quand certains noms locaux de notre France trompettent au passage du Tour ces sonorités locales qui disent les ampleurs enfouies, nous sentons pleinement en nous, telle une communion phrasée, la mélancolie historique autant que géographique d’une mythologie chaque année réinventée. Ainsi, au moment où l’avant-garde du peloton commençait à lécher la montée de la Combe de Laisia Les Molunes (première catégorie, 11,7 km à 6,4%, 1202m), conduisant, après 11 kilomètres de replat, à la station des Rousses, au-dessus de Saint-Claude, nous nous sommes demandé sans rire comment cette appellation ancestrale, d’une francité insolente, s’était empilée pour former cet ensemble dithyrambe. Sans doute l’assemblage des bourgs et des pâturages, dans un bel endroit planté dans le parc naturel régional du Jura où les activités agricoles, de fermes et de chalets restent une dominante. Assises sur leurs pliants, dressées sur les talus ou agrippées aux bastingages des engins de champs, les joyeuses cohortes de spectateurs s’épanouissaient, fières, dans leur bonheur de « regarder » passer les coureurs. Comme une douce dichotomie. Quelque chose du quiproquo. Car les héros du jour ne pédalaient pas dans le plaisir, eux.
Depuis le départ, en effet, cette huitième étape menait grand train, par une chaleur étouffante, jusqu’à 38 degrés. Le parcours, qualifié à raison de «moyenne montagne», se prêtait à toutes les folies pour baroudeurs. Ainsi, dès le kilomètre zéro, à des vitesses impressionnantes, les tentatives se multiplièrent et il fallut plusieurs dizaines de bornes pour que le peloton ne se disloquent en trois, puis quatre parties. Deux groupes d’échappés – sans aucun favori pour le général – prirent la poudre d’escampette, l’un formé de seize coureurs, l’autre de trente unités. Il était 14h30. Et avant même la montée (presque) finale de la Combe de Laisia Les Molunes – trop beau à écrire –, deux premières difficultés allaient se dresser sous les roues des forçats, le col de la Joux (troisième catégorie, 6,1 km à 4,7%) et la côte de Viry (deuxième catégorie, 7,6 km à 5,2%). Bref, pas le temps de somnoler. Contrairement aux jours précédents.
Une preuve? Après le col de la Joux, à 104 kilomètres du but, un gruppetto s’était déjà constitué à l’arrière, dans lequel ne figurait même pas l’ancien porteur du maillot vert, le champion de France Arnaud Démare, malade et littéralement à la dérive. A cet instant précis, le leader de la FdJ, vainqueur d’étape à Vittel, cumulait plus de dix-sept minutes de retard… Son agonie au ralentit avait eu quelque chose d’imparable. Un seul défi pour lui: rentrer dans les délais.  Et puis, comme si un coup de vent insensé soufflait sur la route du Tour, tout s’accéléra encore. Façon baston généralisée. Les échappés bombardaient toujours drus, quoique de plus en plus éparpillés, réduits à une dizaine d’éléments, puis quatre, trois… mais ce n’était rien comparé au groupe maillot jaune, pris d’une frénésie soudaine à l’amorce de la dernière rampe, vers la Combe de Laisia Les Molunes (trop bon). Après que Chris Froome eut visité le bas-côté dans une légère embardée – sans aucun dommage –, les Sky appuyèrent sauvagement sur les pédales. Conséquence, l’avance des fuyards devint quantité négligeable, du moins en apparence, en apparence seulement. Car en tête, un homme sortit de sa boite: l’imprévu de service. Pour son premier Tour, Lilian Calmejane, 24 ans, le protégé de Jean-René Bernaudeau chez Direct Energie (qui fêtait ce samedi ses 61 ans!), plaça une attaque si sèche qu’il se retrouva seul face à son destin. Et ce ne fut pas une mince affaire. A cinq kilomètres de la ligne d’arrivée, nous assistâmes ainsi à une scène si improbable que sa rareté même nous enjôla. Se livrant aux tortures de plus en plus désordonnées de son calvaire, Lilian Calmejane se redressa sur sa bécane, sembla reprendre souffle, s’installa dans ce petit dodelinement anxieux qui signe l’imminence de l’instant fatal, ce moment où la force d’un homme s’amenuise, puis il s’arrêta carrément de pédaler (vous avez bien lu), et enfin oscilla, vacilla tant et tant que nous crûmes qu’il allait poser pied à terre. Diagnostic visible : crampe à la jambe droite. Une séquence ahurissante! Au prix d’un effort impitoyable et mesurable à ses rictus d’extrêmes douleurs, langue pendante, il allégea son braquet, procéda à quelques étirements improvisés, et repartit de plus belle avant de voler vers la victoire. Courage, abnégation, exploit: les mots nous manquaient. Jamais son poursuivant immédiat, Robert Gesink, ne le reverrait…  Passé professionnel en septembre 2015, Lilian Calmejane n’en est pas à son premier coup de maître. En 2016, ses remarquables performances avaient convaincu Bernaudeau de le tester sur un grand Tour, la Vuelta. Il y décrocha sa première victoire chez les professionnels, remportant en solitaire la quatrième étape, après s'être extirpé du groupe de tête à neuf kilomètres du but. «Je n’arrive pas à y croire, déclarait la nouvelle gloire du cyclisme français après l’arrivée. Je me suis fait une belle frayeur avec cette terrible crampe. Ce n'est pas passé loin de la catastrophe. Je me suis fait mal comme jamais. C'était mon jour…» Signalons trois choses. Primo, aucune véritable attaque ne fut à répertorier entre les favoris. Secundo, Calmejane coupa la ligne à 16h50, soit dix minutes avant le meilleur horaire prévu, à plus 41 km/h de moyenne. Tertio, Arnaud Démare, avec 39 minutes de retard, rentra bien dans les délais. Mais cela durera-t-il?  Car attention: dimanche 9 juillet, entre Nantua et Chambéry, le Tour 2017 connaîtra l’une de ses étapes les plus difficiles, et pourquoi pas une journée décisive. L’énorme confrontation avec les montagnes jurassiennes se soldera par ce que nous pouvons nommer une trilogie d'ascensions classées hors catégorie. La première des sept montées du parcours (côte des Neyrolles, 2e catégorie) sera programmée dès la sortie de Nantua. Le col de la Biche, très pentu (HC, 10,5 km à 9 %), se situera au km 67,5 et précèdera une descente technique qui conduira au spectaculaire Grand Colombier, escaladé cette fois par sa voie la plus raide, dite la « directissime » (HC, 8,5 km à 9,9 %). Au bas de la descente, le Tour passera à Culoz, où le Colombien Jarlinson Pantano s'était imposé l'an passé, et traversera la vallée pour s'attaquer à la troisième ascension, le Mont du Chat, abordé par le marchepied de Jongieux (3,9 km à 4,2 %). Le col du Chat, emprunté par le récent Dauphiné, grimpe jusqu'à 1.504 mètres d'altitude, un belvédère juché au-dessus du lac du Bourget, au bout des 8,7 kilomètres de montée (HC, 10,3 %). La descente, sinueuse et rapide, et la partie de plat terminale, sur les 13 derniers kilomètres, conduiront les rescapés à Chambéry. Le chronicoeur peut l’annoncer sans ciller: nous en saurons alors beaucoup plus... 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean-Emmanuel Ducoin 9787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte