Magazine Culture

Missions (Saison 1, 10 épisodes) : seul(s) sur mars

Publié le 04 août 2017 par Delromainzika @cabreakingnews


Quand OCS se lance dans la production de séries de SF cela donne Missions. Et si on allait sur Mars ? C’est en tout cas ce que Missions tente de nous raconter, l’histoire d’une mission habitée sur Mars financée par un milliardaire. Série produire pour 1.5 millions d’euros (10 épisodes de 25 minutes), ce qui est peut mais malgré le petit budget, la série sait utiliser le tout judicieusement. Il est rare de voir une série française de SF mais c’est un terrain intéressant que Missions tente d’explorer à sa façon, avec les qualités et les défauts que cela peut avoir bien évidemment. Le truc le plus intéressant avec Missions c’est que la série sait rendre son histoire crédible. Il faut dire que question mise en scène c’est plutôt léché et efficace, ainsi qu’en termes de production où le budget n’est jeté par les fenêtres mais utilisé de façon judicieuse afin de rendre le tout crédible. Ce que je trouve dommage finalement dans cette série, ce n’est pas le visuel mais plus les dialogues qui manquent assez souvent de punch et de naturel. Il en va de même pour le casting, très inégal et donc pas suffisamment bon tout le temps pour nous impliquer totalement au coeur de cette aventure intergalactique. OCS continue d’être un petit laboratoire pour des séries B qui ne payent pas de mine mais savent tout de même ressembler à des trucs qui valent le coup.

La première mission habitée vers Mars, financée par un milliardaire philanthrope et l’ESA, est en approche de la planète rouge après 10 mois de voyage. A bord, scientifiques et astronautes de haut niveau et une jeune psy, chargée de superviser la sécurité mentale de cette mission historique. Mais, à quelques heures de lancer la plus attendue procédure d’atterrissage de tous les temps, une autre mission, portée par une gigantesque multinationale de l’informatique et la NASA conjointes et dotée d’un vaisseau à propulsion plasma plus moderne et plus rapide, leur est passé devant avant de perdre le contact. Ceux qui pensaient être les premiers à marcher sur Mars deviennent donc malgré eux une mission de sauvetage de leurs concurrents.

C’est créée par Henri Debeurme (Les Impitchables de Syfy, Lazy Company), Julien Lacombe (Derrière les murs) et Ami Cohen (Ca vous est déjà arrivé) que Missions s’est invitée dans mon écran. La série tente alors de nous proposer toutes ces aventures avec un casting pas toujours chevronné, composé de presque inconnus qui donnent surtout l’impression que le budget a été raboté de ce côté là afin de donner au reste une ambition démesurée. Sauf que le casting est mal équilibré, donnant par moment l’impression d’être face à des amateurs qui tentent de faire leurs armes. Notamment la psy, clone de Noomi Rapace qui ne sait pas créer ni l’émotion ni l’empathie du téléspectateur. Et c’est bien dommage. Alors Missions tente de jouer aussi des codes de ce genre d’histoires, sauf que ce n’est pas aussi fou que prévu non plus car le scénario tourne autour de peu de choses. Rapidement, la série montre certaines faiblesses et se rattrape alors sur ce qu’elle peut proposer visuellement qui de ce point de vue là sait être accrocheuse. Le seul membre du casting que j’ai bien aimé c’est Mathias Mlekuz dans un rôle inattendu et grâce auquel il sort Missions un peu de la miséricorde du casting qui la compose.

C’est surtout bluffant au départ, beaucoup moins sur la fin. L’intrigue principale de la saison a du mal à évoluer et avancer alors que la série se concentre plus sur les pérégrinations de chacun que sur des mystères de l’espace. Alors qu’au fond c’est ce que j’aurais préféré voir… Au delà des trucs pas très croyables (une mission à 140 milliards, etc.), on ne vient pas pour voir une série qui pourrait nous faire croire que l’on pourrait faire une mission habitée sur Mars. Les dialogues n’aident pas non plus à s’impliquer dans cette aventure. Et pourtant, le premier épisode, bien qu’il ait des faiblesses, était intéressant et savait donner envie d’aller plus loin. Quant aux mystères, on se retrouve avec des trucs un peu douteux, comme une pierre en forme de pyramide à la fin de l’épisode 3 qui ne va pas savoir faire quelque chose de brillant ensuite. Pour autant, j’ai été au bout sans trop de déplaisir. Les trucs les plus débiles peuvent prêter à rire si l’on a un peu de second degré et le jeu des acteurs, pas toujours justes, donne à Missions un côté fauché qui dénote complètement avec l’ambition visuelle du truc, ce qui peut s’avérer un peu drôle par moment. Finalement, on peut tout de même remercier OCS de participer à la création française et surtout de proposer des trucs différents de toutes les séries dont on nous abreuve depuis des années.

Note : 4.5/10. En bref, une tentative qui échoue malgré un visuel travaillé et une idée intéressante. Sauf que le casting n’est pas toujours très juste et les dialogues un brin faciles.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte