Magazine France

Regression democratique!

Publié le 06 août 2017 par Libracteurs

Echarpe maire.JPG
Le titre est emprunté à un ouvrage collectif, "L'âge de la régression" (Premier Parallèle éd.) qui s'inscrit, à maints égards, dans l'actualité politique et sociale du moment. Des politologues et philosophes étrangers (Allemands et Scandinaves notamment) se livrent à une analyse pointant les dangers qui menacent notre civilisation du fait de l'ingérence, de plus en plus prégnante, de l'intelligence artificielle (IA). L'ouvrage tombe à pic au moment ou M. Zuckerberg et E. Musk s'opposent sur ce thème. E. Musk, que l'on ne peut pas taxer de ringard, tire la sonnette d'alarme estimant que l'IA menace notre civilisation et qu'il est urgent de mettre en oeuvre une régulation préventive et proactive de cette technologie. De fait, nous sommes en pleine actualité nationale, au moment où une enquête du JDD se penche sur la question du "vote sous influence" et/ou, des militants s'insurgent contre le déficit de démocratie interne de leur mouvement. Actualité encore quand un grand nombre de citoyens s'interrogent sur la force et la légitimité d'un recours aux ordonnances quand il s'agit de toucher au Code du travail. Actualité toujours quand la représentation nationale se sent dépossédée des vrais choix au profit d'une technostructure administrative choisie et non élue. Convenons qu'il s'agit là d'une vraie question, que la loi de moralisation de la démocratie devrait pointer. Sommes-nous prêts à considérer le citoyen comme un client qu'il convient de séduire après avoir identifié ses attentes et les moteurs de ses choix, avec l'aide de moteurs de recherches et de données stockées chez des tiers du genre GAFA ? C'est à l'évidence, l'orientation prise quand on sait les méthodes mises en oeuvre lors des dernières consultations électorales. Il s'est agi à cette occasion de bien cerner les particularismes locaux et les typologies de comportements et de consommation du citoyen électeur dans chacune des circonscriptions pour adapter le message en conséquence et y donner aux "représentants de terrain" les bons mots et les bonnes images à servir. On connaît la suite, une grande partie de ces représentants a été élue à l'Assemblée nationale, faisant de celle-ci une sorte d'association de consommateurs, inféodée aux spécialistes du markéting qui ont conçu et packagé les produits à faire avaler. Ce constat peut ne pas être partagé, mais il faut admettre que nous sommes loin d'Aristote ou de R. Boudon qui rêvait d'un citoyen impartial élu pour prendre les bonnes mesures. Comme le souligne avec justesse le livre évoqué supra, cette dérive n'est pas neutre. Elle va faire, à terme, de chaque individu, une donnée numérisée qui pourra être influencée ou manipulée par des algorithmes, prompts à identifier faiblesses et appétences. Le lecteur me dira qu'ainsi va le monde et qu'il est rétrograde de vouloir en museler la marche. Sans doute, mais encore faut-il que le plus grand nombre soit conscient de la tendance et l'accepte sans équivoque. À cet égard, il faut avoir lu les travaux de G. King, l'un des papes des sciences sociales pilotées par algorithmes pour se convaincre des dangers. En effet, au train où vont les choses, les apprentis sorciers vont devoir accepter une IA autonome qui apprendra seule et dont la connaissance et la perception du monde passeront par des sentiers que l'humain ignore et qui peuvent nous être fatals. Une telle hypothèse ne relève pas de la fiction et commande de toute urgence une réflexion nationale. Dès l'instant où certains ont mis le doigt dans l'engrenage pour servir leurs ambitions électorales personnelles, en foulant au pied l'esprit de la vraie démocratie et du cadre constitutionnel, il faut prendre acte, en parler et revoir les règles du jeu démocratique !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Libracteurs 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte