Magazine Sexo

Pourquoi les indicateurs d’intérêt des femmes n’indiquent (presque) rien en réalité ?

Publié le 09 août 2017 par Chrisandflow

Chercher à lire l’intérêt d’une femme à travers des « indicateurs », pourquoi pas. Seulement, il faut déjà apprendre à être lucide ce qu’est un indicateur d’intérêt. Parce que les mecs aiment autant se branler mentalement sur l’intérêt potentiel d’une fille qui leur plait que sur Youporn. Et chaque fait et geste — aussi anodins soient-ils — sont souvent suranalysés et interprétés n’importe comment. Désolé les gars, mais ce n’est pas parce qu’une fille se marre à vos blagues ou se caresse les cheveux qu’elle est intéressée…

En outre, il faut arrêter d’en faire des caisses quand une femme vous montre de l’intérêt. Les signes d’intérêt, si tant est qu’il en existe, ne sont que des signes potentiels. Des indices, tout au mieux. Une fille peut être agréable parce qu’elle est de bonne humeur, elle peut aussi vouloir vous motiver à lui donner de la validation ou lui offrir un verre. N’oublions pas non plus que l’intérêt n’est qu’éphémère et que, même si elle l’est vraiment maintenant, elle ne le sera pas forcément plus tard.

Enfin, ne vous fiez pas trop aux indicateurs d’intérêt des femmes ! Le manque d’indices sur son intérêt pour vous NE doit PAS vous faire renoncer à escalader. À la rigueur, si une fille montre trop de désintérêt, il peut être intelligent d’écourter l’interaction pour ne pas perdre plus de temps et d’énergie. Mais ne pas escalader sous prétexte qu’elle ne montre pas assez d’indicateurs d’intérêt, c’est autre chose.

Quoi qu’il en soit, cette obsession qu’ont les apprentis dragueurs à vouloir décrypter l’intérêt des filles vient principalement du désir de plaire et de la peur d’escalader. Hors (1) si votre objectif est d’obtenir la validation, vous n’irez sans doute pas bien loin, et (2) si vous avez peur d’escalader, vous continuerez à avoir peur, même si la fille semble emballée par votre charme. C’est comme pour un saut en parachute : la seule façon de faire partir la peur du rejet — peu importe la forme qu’elle prend —, c’est d’expérimenter le rejet. La peur du grand saut ne disparaît pas en s’apercevant qu’on est bien attaché au parachute…

Pourquoi je me fiche des indicateurs d’intérêt ?

Je ne cherche pas à lire les indicateurs d’intérêt des femmes. Pas plus que je ne cherche à lire dans le marc de café. Je ne dis pas que ça m’est totalement égal ni que je ne me fais jamais d’avis sur leur intérêt potentiel. J’observe toujours leur attitude : si elles sourient, répondent facilement, sont compliantes. Et, à partir de ça, j’en déduis instinctivement leur niveau d’intérêt potentiel. Mais je ne fais pas d’effort pour ça, ce n’est même pas volontaire. Pour dire vrai, je fais plutôt à l’inverse ; quand je me surprends à trop spéculer sur leur intérêt — en me demandant si elles m’apprécient ? –, je me ressaisit tout de suite pour reprendre ma lucidité.

Pour moi, y’a 3 catégories :

  • Celles qui veulent qu’on les nique ;
  • Celles qui en ont envie, mais qui sont compliquées à cause de leurs croyances, de leurs principes (leur loyauté envers leur copain, leur règle du « pas le premier soir », etc.) et/ou leur humeur lunatique ;
  • Celles qui n’ont pas envie.

Je détermine assez vite (grâce à l’escalation) à quelle catégorie elles appartiennent. Par contre, évaluer l’intérêt d’une fille avec plus de précision ne m’a jamais servi.

L’escalation en dit plus que tous les indicateurs d’intérêt

L’expérience me l’a prouvé, nul besoin de compter les indicateurs d’intérêt d’une fille : l’escalation révèle tout.

Elle révèle, à qui sait lire les réactions, aussi bien l’intérêt réel d’une fille que les difficultés (s’il y en a) auxquelles on va devoir faire face.

  • Si une fille est réellement intéressée, son intérêt finit tôt ou tard par se manifester : elle répond à vos SMS, elle accepte le rencard et se déplace, elle vous laisse la toucher, elle vous suit jusqu’à chez vous.
  • Si elle a besoin de plus de confort ou a des blocages, vous le saurez en vous heurtant à ses résistances.

Le reste n’est que de la spéculation !

C’est seulement quand vous faites avancer le processus de séduction — rencard, escalade physique, sexe — que vous en apprenez vraiment sur son intérêt et ce par QUOI elle est intéressée (sexe ? Relation ? Validation ? Pognon ?)

En attendant, ne vous emballez pas parce qu’une fille semble intéressée. C’est peut-être un bon signe, mais rien de plus. Ça ne veut pas dire que vous allez coucher avec ou devenir son nouveau petit ami.

Intérêt perçu VS Intérêt réel

Aussi, l’intérêt perçu d’une fille est rarement celui réellement ressenti par elle.

  • Il y a des filles qui parfois sont HYPER intéressées par vous, mais dissimulent cet intérêt – le plus souvent par nervosité ou peur d’avoir l’air désespérée.

Et croyez-moi, ce genre de filles n’est pas rare.

La fausse indifférence d’une femme est un meilleur indicateur d’intérêt que tous les autres en réalité. Si une fille feint l’indifférence avec vous, c’est qu’elle est TRÈS intéressée. Et, paradoxalement, plus une fille fait d’efforts pour dissimuler son intérêt, plus celui-ci a tendance à s’amplifier. C’est vrai pendant le processus, mais aussi durant la relation. Contenir son intérêt est un effort pour vous séduire. Elle réprime ses émotions pour vous plaire – ou du moins, pour ne pas vous déplaire -, c’est de l’investissement !

À côté de cela :

  • il a quelques filles qui montrent de l’intérêt pour tester leur pouvoir de séduction sur vous – mais qui ont juste l’intention de vous utiliser comme « orbite » pour tourner autour d’elles (histoire d’obtenir de la validation, de s’amuser un peu en flirtant ou rendre jaloux leur mec), ou comme pigeon pour lui offrir des verres et des cadeaux.
  • il y a des filles avenantes, parce qu’elles sont de bonne humeur – et l’on confond le bon état émotion avec l’intérêt qu’elles nous portent.

Les filles sont comme les mecs

On sort le même baratin aux hommes et aux femmes : Suis-moi je te fuis ; fuis-moi je te suis. 

Prenez un homme inexpérimenté qui a lu dans un blog ou un magasine mainstream que pour plaire au sexe opposé il fallait la jouer « désintéressé », et/ou qui, par timidité, a trop peur d’assumer son intérêt. S’il rencontre une fille qui lui plaît beaucoup, jamais, au grand jamais, il ne lui montrera explicitement qu’il est intéressé – surtout pas lors d’une interaction IRL.

  1. Parce qu’il n’aura pas envie de paraître needy ; il voudra au contraire paraître « DHV » !
  2. Parce qu’elle va lui foutre tellement la frousse qu’il  se sentira nerveux. Et quand un homme a peur d’une fille, que fait-il ? Bingo : il cache son intérêt !

Est-ce que c’est différent dans l’autre sens ? Pas vraiment…

Si une fille est très attirée, elle fera en sorte de contenir son intérêt par nervosité et/ou peur de vous déplaire. Là encore, ça peut sembler paradoxal, mais une fille aura tendance à montrer moins d’indicateurs d’intérêt à un mec qu’elle désire beaucoup qu’un autre qu’elle veut juste « plan-cul-fier » – comme nous finalement.

L’attirance accentue la timidité. Nous nous sentons toujours plus à l’aise pour flirter et escalader avec une fille moyenne, qu’avec une fille avec qui on désire beaucoup. Et vice versa.

La logique VS la séduction

En séduction, le gros défaut que nous avons est de raisonner avec une logique complètement biaisée :

  • Intéressée un jour, intéressée toujours !… 
  • L’intérêt perçu est proportionnel à l’intérêt ressenti…
  • Si une fille donne son numéro, elle veut me revoir ; si elle veut nous revoir, elle veut sortir avec nous ; donc si elle me donne son numéro elle veut sortir avec moi. »
  • Etc., etc.

Pour un homme inexpérimenté, ces allégations peuvent sembler tenir la route… en théorie. Seulement, la théorie n’est pas la pratique !

Ce n’est pas parce qu’une fille donne plein d’indicateurs d’intérêt lors de la rencontre que c’est dans la poche. Beaucoup d’hommes le pensent, mais nous qui sommes plus aguerris le savons : une fille peut se montrer très intéressée à un moment donné, puis nous ignorer plus tard comme on ignore un clodo qui pue la pisse et la vinasse.

La vérité c’est qu’on ne peut pas parfaitement déterminer l’intérêt réel des femmes avec les signes qu’elles sous-communiquent ni savoir combien de temps cela va durer.

  • Elle peut apprécier un compliment, et même toute une interaction avec vous ; cela ne veut pas forcément dire qu’elle VOUS apprécie…
  • Elle peut vous apprécier un jour, ça ne signifie pas qu’elle vous appréciera toujours.

En conclusion

Pour toutes ces raisons que j’ai décrites ci-dessus, je pense que les indicateurs d’intérêt n’indiquent presque rien en réalité, et que, durant ses interactions, il faut arrêter d’être obsédé par eux, vouloir les obtenir et les compter. Ca ne fait que nuire à son immersion.

Au lieu de cela, ayez un seuil de tolérance.

Sauf si une fille montre clairement qu’elle n’est pas intéressée (attitude est désagréable, esquive totalement le flirt, etc.) ayez la volonté d’escalader, quel que soit le niveau d’intérêt perçu.

 Mieux encore : partez du principe que vous lui plaisez (= présomption d’attirance) – cela nécessite un bon innergame – et que les signes qu’elle transmet n’indiquent QUE son niveau de confort ; si elle est prête ou non à vous laisser faire avancer l’interaction.

Je peux vous garantir qu’en vous fiant à l’escalation plutôt qu’aux indicateurs d’intérêt, vous aurez des surprises ! Des bonnes comme des mauvaises.

Ps : Soif de bons conseils ? Commandez le meilleur guide de drague jamais écrit dans la langue de Molière.

Chrys

Apprendre à draguer, ça vous dit ? 

Téléchargez mon Guide Gratuit et découvrez les 20 meilleurs conseils pour apprendre à aborder et séduire dans la rue.

Pourquoi les indicateurs d’intérêt des femmes n’indiquent (presque) rien en réalité ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :