Magazine Société

Droit du travail : les risques

Publié le 03 septembre 2017 par Christophefaurie
Que penser du nouveau droit du travail ? Deux billets de réflexion sur le sujet. On commence par les risques. 
Craintes Curieusement, ce que l'on entend, exclusivement, c'est une crainte. Elle est unique. Elle est exprimée, principalement, par M. Mélenchon. On a peur que la réforme nous amène une généralisation de l'emploi précaire à l'anglaise (mais aussi à l'allemande, ou à l'américaine). Et ce par destruction des conditions actuelles du salariat. Le dirigeant (forcément mauvais) va imposer à l'employé un cercle vicieux de dégradation de ses conditions de travail, et de vie. La France de Dickens. 
Est-ce possible ? Il n'y a que M.Mélenchon qui puisse se prononcer sur le sujet. Pour ma part, je ne peux juger qu'à l'usage. En revanche, la loi en elle-même n'a rien de révolutionnaire. Son esprit est que l'on ne peut pas régler notre sort "d'en haut". C'est à l'entreprise de faire sa loi. Et ce par contrat. Qu'il faut probablement entendre comme un "contrat social" à la Rousseau, plutôt que comme un contrat de vente à la Faust. C'est la démocratie directe. Beaucoup de révolutionnaires, parmi les plus redoutés, approuveraient. Mais il y a déséquilibre entre le patron et les salariés ! tonne M.Mélenchon. Le contrat ne peut fonctionner entre inégaux. Je pense qu'il y a plusieurs cas. Et, il est dommage que l'on ne s'en soit pas rendu compte. 
D'abord, il y a les multinationales, et les grandes entreprises. Elles sont peu nombreuses, mais elles représentent une part majoritaire de l'emploi salarié. Elles sont armées jusqu'aux dents pour réduire les salaires. C'est même devenu leur raison d'être. Il y a donc danger. Seulement, il n'est pas évident que le texte leur simplifie outrageusement la vie. On peut imaginer que notre ministre, ex DRH, a fait une législation pour son ancienne entreprise (Danone). Or, celle-ci n'a pas une image effroyable. 
Nous sommes responsables Surtout, ce qui compte est l'esprit du temps. Car une loi ne veut rien dire en elle-même. ce qui compte est ce que l'on en fait, cher M.Mélenchon. 
Le danger, c'est une mesure qui accélère un mouvement mauvais. En particulier celui qui a consisté à transformer méthodiquement la masse salariale en bonus de quelques managers, banquiers ou consultants. Mais ce mouvement reflue. Les blocs régionaux se replient sur eux-mêmes, donc le risque de délocalisation baisse ; M.Macron essaie d'unifier les régimes salariaux européens ; on parle de plus en plus de marché (européen) intérieur... Il est de plus en plus dans l'intérêt de l'entreprise d'avoir des salariés riches que des chômeurs. Surtout, cet esprit tient à celui des employés. Si les grandes entreprises ont pu comprimer leurs effectifs, si l'on a pu parler de suicide et de risques psycho sociaux, c'est parce que le lien social s'est dissout. Les employés ont amplifié les tendances délétères qui venaient de leur direction. Or, celles-ci n'avaient rien de fatal. Il se trouve que j'ai pris part dans ma jeunesse à un mouvement social, qui s'est achevé en vote. Les mesures proposées par la direction ont été refusées à 95%. 
L'union fait la force C'est exactement ce type de mécanisme dont parle la loi. Et qui me permet d'en arriver à la PME. En effet, la démocratie locale est favorable au "meneur". S'il existe dans l'entreprise des personnes capables d'avoir une vision stratégique, n'oublions pas la massification de l'enseignement supérieur, elles sauront monter des coalitions avec lesquelles les dirigeants devront composer. Et ce type de phénomène surviendra d'autant mieux que l'entreprise sera petite. Ou peut-être moyenne. 
En résumé, les prévisions de M.Mélenchon sont auto réalisatrices. Il n'y a pas de grande fatalité grecque à l'oeuvre. Il n'y a pas de déterminisme marxiste en marche. Tout dépendra de ce que nous ferons de ces mesures. Si nous décidons que le mal capitaliste aura le dernier mot et que nous devons sauver notre peau en trahissant nos petits copains, eh bien, effectivement, il aura gagné. Mais nous pouvons aussi nous emparer des intérêts de notre entreprise. Et choisir ce terrain pour notre discussion avec le "patron". 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1619 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine