Magazine Livres

Glacé de Bernard Minier

Par Rambalh @Rambalh
J'ai entendu parlé de Glacé sur Accros & Mordus de Lecture lors d'un partenariat avec les Éditions XO et je savais que je finirais par lire du Bernard Minier un jour. C'est maintenant chose faite et j'intègre ainsi le Challenge Thriller/Polar A&M; dont le but est de découvrir de nouveaux auteurs du genre, voire le genre tout court pour moi puisque je lis peu de polars et de thrillers.
Glacé de Bernard Minier

Quatrième de Couverture
Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d’un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée. Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d’altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ? Une atmosphère oppressante, une intrigue tendue à l’extrême, une plongée implacable dans nos peurs les plus secrètes, ce premier roman est une révélation !
Mon avis
Gendarmerie et Police nationale sont appelées sur les lieux d’un crime peu banal : un cheval décapité a été hissé en eau d’une centrale, au cœur des Pyrénées, sans que personne ne s’aperçoive de quoi que ce soit. Le commandant Servaz se retrouve pris dans cette enquête alors qu’il a un vrai meurtre à gérer à Toulouse. Mais l’argent n’attend pas : le cheval appartient à Éric Lombard, milliardaire pressé et surtout influent qui veut savoir qui a tué son cheval, une bête aussi chère sur le marché qu’à ses yeux. Seulement, un cadavre humain finit par s’ajouter à la liste et l’enquête commence alors à se complexifier… Et si le centre psychiatrique regroupant les pires meurtriers d’Europe, à quelques kilomètres, était lié à ces crimes ? C’est tout autour de ce sac de nœuds que nous évoluons aux côtés de Servaz.
J’ai très vite été prise par cette enquête, ralentissant même le rythme de ma lecture pour la savourer plus encore. Évidemment, passés le deuxième tiers du livre, je n’ai plus pu m’arrêter avant d’obtenir le fin mot de l’histoire.
Bernard Minier nous offre un décor aussi angoissant que son enquête, malgré toute la beauté qu’il offre : aux pieds des Pyrénées, aux portes de l’hiver, quand les nuits sont longues et le froid mordant, le mystère grimpe, s’insinue en nous et nous fait réfléchir en tous sens. Les descriptions ne sont ni trop longues, ni trop courtes : elles servent parfaitement le récit et sont disposées de sorte à nous plonger dans cette ambiance sombre comme la nuit mais parfois lumineuse comme la neige. Ces instants de clarté, dispersés au fil des pages, révèlent les indices nécessaires à comprendre au fur et à mesure où veut nous mener l’auteur tout en nous laissant constamment dans le doute. Pour un premier roman, le dosage est bien maîtrisé.
Le dénouement final est certes, un peu alambiqué mais il reste cohérent avec la trame mise en place. Le schéma classique utilisé nous permet de ne pas nous laisser berner trop facilement par les évidences et de pousser plus loin la réflexion, à raison.
Les personnages sont creusés, intéressants et attachants. J’ai apprécié leur côté humain, leurs erreurs, leurs angoisses et les morceaux de vie qui sont proposés. J’ai particulièrement apprécié l’épilogue qui montre que les relations humaines classiques sont dépassées, qu’elles offrent dans notre monde bien plus de choses tout en étant complexes.
Mention spéciale aux questions de société posées par l’auteur à travers le monde capitaliste dans lequel nous vivons mais aussi le traitement réservé aux criminels enfermés dans des centres psychiatriques. Que ce soit à travers la sous-traitance des grosses entreprises ou l’usage de techniques subversives pour « soigner » les psychopathes et sociopathes, Minier nous pousse à voir au-delà de son roman et c’est quelque chose que j’aime en littérature.
Enfin, l’écriture est agréable même si, par moment, j’ai tiqué sur des réflexions un peu superficielles imputées aux personnages : on ne peut pas tout réussir du premier coup.
Je suis certaine de poursuivre mon aventure au cœur de l’imagination de Minier avec la suite des enquêtes de Servaz pour, à nouveau, me gorger avec envie de cette région que je trouve magnifique.
Les avis des Accros & Mordus de Lecture
Glacé de Bernard Minier

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rambalh 417 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine