Magazine Culture

Critiques Séries : Narcos. Saison 3. Episodes 3 et 4.

Publié le 05 septembre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews

Narcos // Saison 3. Episodes 3 et 4. Follow the Money / Checkmate.


Alors que les deux premiers épisodes étaient décevants, la suite est bien plus passionnantes. Je pense que Narcos avait surtout besoin de deux épisodes afin de se remettre dans le bain. Mais « Follow the Money » apporte une vraie énergie à l’ensemble de l’histoire, ce qui est une très bonne nouvelle et permet de rassembler les personnages du passé ensemble. Cet épisode nous permet donc de nous plonger un peu plus dans l’univers du cartel Cali tout en développant aussi l’histoire des personnages et notamment de Javier et de ses dilemmes qui n’étaient pas forcément si bien exposé que ça dans l’univers de la saison jusqu’à présent. Au fil du temps, les opérations de blanchiment d’argent du cartel Cali changent, car c’est nécessaire afin de pouvoir aller de l’avant. On va alors rendre le blanchisseur mexicain du cartel, Amado Carillo Fuentes (incarné par José Maria Yazpik) dans une scène d’introduction efficace qui donne le ton de l’épisode. On voit enfin que Narcos n’est pas là pour rigoler mais bel et bien pour nous offrir un truc plus rythmé alors que l’introduction était parfois un peu lourde. Je sais bien que Narcos est une série capable de plein de choses, mais c’est clairement ici que l’on se rend compte du potentiel de cette saison. Les scénaristes commencent à lâcher les fantômes du passé afin d’aller de l’avant.

Et c’est pile poil ce que j’attendais. Quelle bonne idée que d’avoir ajouté Kerry Bishé dans cet épisode alors que cette dernière est l’une des révélations de ces dernières années . Son rôle dans Halt and Catch Fire (dont la saison 4 actuellement diffusée est la dernière de la série) marquera peut-être les esprits de certains, et moins celui d’autres mais j’aime beaucoup sa place ici dans le rôle de Christina, la femme américaine de Franklin Jurado (incarné par Miguel Angel Silvestre, vu dans Sense8). La série veut alors ici nous offrir un spectacle plus vivant, écharpé de quelques scènes de l’histoire. Le montage est pour beaucoup dans la réussite de cet épisode, laissant aucun répit au téléspectateur. On embarque enfin dans cette course contre la montre, dans cette chasse à l’homme et aux informations. Les nouveaux agents des DEA sont eux aussi intéressants et permettent de nous plonger autrement dans l’univers des DEA, une vision différente de ce que les deux premières saisons avaient pu faire jusqu’à présent. Alors que Narcos accélère les choses, on peut se demander si elle va avoir de quoi remplir encore 7 épisodes après celui-ci, et finalement « Checkmate » nous démontre que l’on ne sait pas tout et que les DEA vont avoir du pain sur la planche afin d’arriver à bout de ce cartel qui a su se faire une vraie place depuis que Escobar n’est plus là.

Javier de son côté est très affecté personnellement par toute cette histoire, ce qui rend le truc tout d’un coup un peu plus passionnant. D’ailleurs, après cette escalade d’action, « Checkmate » nous propose un truc différent, mais tout aussi passionnant. Les scènes sont efficaces et surtout très rythmées, alors que l’histoire commence enfin à prendre une forme séduisante. Avec 35 minutes de jeu du chat et de la souris, Narcos réveille ses troupes et donne un tout nouveau sens à son aventure cette année. Pas seulement pour Javier et Martinez, qui sont des piliers dans Narcos, mais qui ont ici une place égale avec les autres personnages. Le chaos ne fait donc que commencer et au fil du temps, on se rend compte de la complexité de l’affaire. Le cartel est malin, Javier est malin, mais à jouer aux malins, tout le monde échoue à la fin. La narration de Peña continue de donner un avantage à Narcos, celui de nous donner l’impression que nous sommes dans le réel et pas dans la métaphore ou quelque chose de très narré et peu réaliste. Au contraire, la série donne tout pour que l’on croit à l’histoire qu’elle nous raconte et le résultat est alors plus que séduisant. Finalement, Narcos a largement de quoi faire et j’aimerai bien que l’on aille encore plus loin par la suite. Tout cela à condition que cela reste sur cette lignée et pas que cela retombe dans les travers du début de la saison.

Note : 8.5/10 et 9/10. En bref, Narcos se lance enfin au coeur de l’action, il était temps.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 17139 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte