Magazine Assurances

Bénin : vers un encadrement légal des frais funéraires ?

Publié le 09 septembre 2017 par Daniel Leprecheur

Des cérémonies funéraires sacrées mais ruineuses

L’élu Nazaire Sado ne va pas se faire que des amis. Son texte de loi, bientôt soumis à l’appréciation de ses collègues de l’Assemblée du Bénin, vise une pratique ancestrale, inscrite dans les arcanes du deuil à l’africaine. En effet, les rituels funèbres supposent des cérémonies extrêmement codifiées et complexes, lourdes à mettre en place … et particulièrement onéreuses. Un enterrement type se chiffre aux alentours de 5 millions de francs CFA, soit 75 000 euros environ, là où une famille française débourse quelques 5 000 euros.

Il s’agit, outre les gestes d’inhumation classique, de financer les parures les plus belles, pour le défunt comme pour sa famille, de payer une réception pour quelques centaines de convives et cela sur plusieurs jours, avec mets fins et libations alcoolisées, de mettre en scène un cérémonie la plus somptueuse possible avec toutes les options envisageables pour se démarquer. L’hommage au disparu est en fait un prétexte afin de montrer la puissance du clan, sa prestance sociale, son aisance, sa réussite, et ainsi impacter les mémoires avec des festivités exceptionnelles.

Si les parentèles les plus dotées parviennent à payer cette débauche de luxe sans trop de problème, les membres de la classe moyenne ont beaucoup de mal à rassembler les sommes nécessaires.

Elles empruntent à des taux effrayants, mettent leurs biens en gage, vendent leur maison au besoin, pour satisfaire aux attentes d’une société qui n’hésite pas à faire pression afin de faire respecter les traditions, peu importe leur coût. Les personnes pauvres sont encore plus concernées bien évidemment. Dans un pays où le taux de misère frôle les 40 %, ces dépenses faramineuses ne sont plus tolérables, comme en juge Nazaire Sado qui a décidé d’agir.

Loi coercitive ou mesure de protection ?

S’appuyant sur une ancienne loi de 1967 portant sur l’encadrement du coût des cérémonies (les mariages constituent également un véritable gouffre), il compte faire plafonner le prix des obsèques comme le stipule le second article :

« le montant total des dépenses en denrées, boissons et services de toute nature (achat de fosse, de cercueil, habillement de la personne décédée, frais de morgue…), effectuées tant par l’organisateur que par les participants, ne peut être supérieur à 500.000 FCFA« .

Par ailleurs ces manifestations seraient limitées dans le temps, ne durant plus que deux jours en place de la semaine initialement mobilisée. La consommation d’alcool serait prohibée, ainsi que les réjouissances trop ostentatoires.

Autant de manières de protéger l’ordre public … et les activités économiques trop souvent perturbées par ces vacances funèbres qui en suspendent le cours avec des conséquences déplorables pour la bonne marche des entreprises. Cette annonce a bien évidemment entraîné son lot de réactions, en dehors même des professionnels de ce secteur aucunement codifié qui génère bien des vocations et des tarifications inacceptables.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Leprecheur 2253 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine