Magazine Culture

Bras d'honneur

Publié le 10 septembre 2017 par Jean-Emmanuel Ducoin
«Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes»: mais qu’arrive-t-il à notre pays pour que des propos aussi rances se rencontrent dans la bouche d’un président de la République, constituant une sorte de comportement inédit, indigne de la fonction?Bras d'honneurL’insulte facile révèle parfois la vraie nature de ses auteurs. Nous savons désormais qu’Emmanuel Macron, usant et abusant d’un tel degré d’implication verbale pour exprimer sa haine du bas-peuple et des Français qui ne pensent pas comme lui, dirige les affaires de l’État avec toutes les formes inspirées par le mépris. À commencer par le principal, le pire, celui qui détermine le sens de son action: le mépris de classe. Ainsi donc, «la survie de la France», comme il a osé le dire depuis Athènes, dépendrait ni plus ni moins de sa «réforme» du droit du travail… Avant d’ajouter: «Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes.» Mais qu’arrive-t-il à notre pays pour que des propos aussi rances se rencontrent dans la bouche d’un président de la République, constituant une sorte de comportement inédit, indigne de la fonction? La récidive témoigne non pas d’un trouble de la pensée mais bien d’une constance de la pensée. Après les «riens», voici les «fainéants». Les fossoyeurs de l’histoire ne sont pas toujours ceux qu’on croit. Ils fréquentent assidûment les palais et ne savent absolument pas que les gens de peu demeurent souvent les plus courageux sur le front de tous les combats…
 Ceux qui en ont le temps se délecteront des explications alambiquées données hier par le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, selon lequel le mot «fainéants» et son pluriel visaient ceux qui n’ont «pas eu le courage de réformer». La bonne blague. Non, le chef de l’État a bel et bien insulté ceux qui s’opposent à sa politique, ceux qui seront dans la rue, demain, pour dénoncer la casse de leurs droits dans le monde du travail. Au moment où la nation française aperçoit dans son champ de vision tout ce qui se bricole de plus pourri du côté du libéralisme, comme par hasard, le pouvoir tente de s’épanouir sur les cimes d’une très haute vulgarité. Monsieur Macron, qui s’y connaît en cynisme, n’aime décidément pas les Français. Ces derniers le lui rendent bien ces temps-ci. Et cette fois, ils vont lui répondre dans la rue. Quant aux «fainéants», qui sont donc les mêmes, ils adressent d’ores et déjà à ce président le bras d’honneur des salariés. Ceux qu’il défigure.  [EDITORIAL publié dans l’Humanité du 11 septembre 2017.]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Emmanuel Ducoin 9787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte