Magazine Société

Irma: comment est né ce monstre des ouragans?

Publié le 11 septembre 2017 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! Recherche par tags (mots-clés) Recherche d'évènements (agenda) Nous avons tous vu les images apocalyptiques de Saint-Martin, les Nations-Unies estiment qu’Irma touchera les vies de plus de 37 millions de personnes dans son sillage. L’expert en ouragan Kerry Emmanuel, du célèbre MIT, affirme qu’il bat tous les records de puissance. Selon ses calculs, l’ouragan représente 3 milliards de watts, soit environ le double de la totalité des bombes utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais comment un tel monstre a-t-il pu se produire? Athena Masson, chercheuse environnementale à l’université de Toronto, explique qu’Irma s’est formée dans la région du Cap Vert, "dans les eaux chaudes tropicales, avant de traverser lentement l’Atlantique tout en augmentant sa puissance". Les ouragans puisent leur énergie de l’océan, c’est pourquoi ils deviennent de plus en plus forts en se déplaçant. Ils sont constitués par une masse nuageuse qui s’enroule en spirale autour d’une partie centrale, le fameux et terrifiant œil du cyclone. Ces masses orageuses provoquent des pluies torrentielles et des vents très violents, produisant souvent une houle qui surélève le niveau de la mer et cause d’importantes inondations.

Le second facteur essentiel vient de la température de l’eau, et d’une quantité suffisante d’humidité dans l’atmosphère. Ces monstres de la nature ont besoin d’une eau d’un minimum de 26.5°C pour se développer, et la température des mers dans les caraïbes est actuellement de 30-32°C, ce qui inquiète particulièrement les spécialistes. Athena Masson explique que depuis plusieurs années la température de l’eau en hiver n’a pas pu se refroidir à ses limites habituelles. "Il est inquiétant de voir les tempêtes se former en dehors de la saison des ouragans. Concernant l’océan atlantique, nous estimons cette saison habituellement du 1er juin au 30 novembre, mais ces dernières années nous avons quelques ouragans se former dès janvier ou février".

On ne peut dire que le changement climatique est en cause dans la naissance d’Irma, "mais nous pouvons clairement affirmer que cela joue un rôle dans (sa) puissance" selon la chercheuse. Position corroborée par plusieurs climatologues, et qui s’avère très inquiétante pour l’avenir. Anders Levermann, scientifique à l’Institut de Potsdam pour la recherche de l’impact climatique se montre plutôt pessimiste; "Malheureusement, la physique est là: les ouragans tirent leur énergie destructrice de la chaleur de l’océan, et les températures dans la région sont particulièrement élevées". Il semble donc que la saison des ouragans ne se concentre plus sur six mois, mais sur toute l’année.

Athena Masson explique qu’il n’est pas inenvisageable de voir un autre ouragan de catégorie 5 prochainement. Cette saison, trois ou quatre ouragans importants sont attendus, même s’il est impossible de prévoir leur intensité pour l’instant. Mais la forte probabilité de voir les ouragans se multiplier à l’avenir du aux conditions climatiques qui leur sont favorables, multiplie aussi malheureusement les risques de connaître d’autres monstres dévastateurs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 108031 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine