Magazine Santé

STRESS : Percevoir ses signes chez l'autre fait tomber la pression

Publié le 17 septembre 2017 par Santelog @santelog
STRESS : Percevoir ses signes chez l'autre fait tomber la pression

On est moins agressif avec quelqu'un dont on perçoit le stress. Percevoir des signes de stress chez l'autre réduit ainsi le risque de conflit social. Et si l'on souhaite aller encore plus loin, le stress est un outil de communication à part entière qui, de manière surprenante, contribue à la cohésion sociale. La démonstration est faite par une équipe de Portsmouth qui analyse, dans les Scientific Reports, la réaction de singes macaques lorsque sous le coup du stress l'un de leur congénère se gratte.

Lorsqu'ils sont stressés, les singes se grattent : chez le macaque, expliquent les chercheurs, le grattage peut être une réponse à la démangeaison certes, mais c'est également la manifestation la plus courante du stress. Et, face à ce signe de stress, les autres singes perdent en agressivité ce qui réduit le risque de conflit.

L'équipe de recherche a mené des observations comportementales de 45 singes rhésus appartenant à un groupe de 200 macaques, à Porto Rico. L'équipe a suivi les interactions sociales naturelles entre ces animaux sur une période de 8 mois. Ces observations montrent que se gratter chez les singes était une manifestation de stress accru, car ce comportement se produisait par exemple à proximité des chefs macaques ou des ennemis. Ils constatent également que ce comportement fait tomber la pression et réduit le risque de combat ou de conflit. Ainsi, dans ces situations de stress, lorsque le singe stressé exprime son stress en se grattant, le risque d'agression chute de 75%. Les auteurs notent que globalement un tel comportement réduit les risques de conflit entre les sujets n'ayant pas de lien social fort.

L'explication est dans l'évolution ! Les comportements de stress sont donc un signe qui engage à moins d'agressivité et contribue à la cohésion sociale. Les attaquants évitent d'agresser des sujets ouvertement stressés parce que ces sujets peuvent avoir un comportement imprévisible donc dangereux ou, a contrario, être affaiblis par leur stress, ce qui rend l'attaque inutile.

En révélant notre stress aux autres, nous les aidons à prédire notre réaction, la situation devient plus transparente, la transparence réduit le besoin de conflit, ce qui profite à tous et favorise la cohésion sociale. CQFD. Mais le même principe est-il vrai chez l'Homme ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 67150 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine