Magazine Médias

Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Publié le 18 septembre 2017 par Etvsport @etvsport

Hier soir, la Slovénie a remporté l’Euro de basketball au terme d’une compétition maîtrisée de bout en bout ! Ainsi, pour la première fois de son histoire, le pays de l’Est obtient une médaille lors d’un championnat d’Europe et pour couronner le tout, celle du plus beau métal. Si le meneur Goran Dragic et la pépite, Luka Doncic, ont été étincelants tout au long du tournoi, il ne faut pas oublier l’apport important d’Anthony Randolph, » l’Américain qui n’a rien de Slovène ». En effet, le basketteur n’a aucun lien généalogique avec la Slovénie, pas de compagne originaire du coin, ni même une pige pour une équipe du championnat local. Il a donc obtenu un passeport slovène juste pour une question de business. Une naturalisation complètement dingue qui n’est pas un cas isolé dans le monde du sport et E-TV Sport vous présente d’autres cas complètement fous !

PrevNext Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Abeba Aregawi: Ethiopienne naturalisée suédoise

Mariée à un Suédois, et vivant à Stockholm depuis 2009, elle obtient la nationalité suédoise le 8 juin 2012. Néanmoins, Abeba Aregawi n’aurait jamais vécu en Suède, et elle aurait menti dans ses déclarations aux services suédois de l’immigration.

Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Francileudo Santos: Brésilien naturalisé Tunisien

La Tunisie est le pays qui a vu naître son fils et où il a évolué pendant deux saisons, entre 1998 et 2000, inscrivant pas moins de 32 buts en 50 matchs joués avec l'Etoile sportive du Sahel. Courtisé depuis 2000 par la Fédération, le n°11 toulousain a obtenu la nationalité tunisienne en décembre 2003.

Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Martina Navratilova:Tchécoslovaque naturalisée Américaine

A l'âge de 18 ans, Martina Navratilova a fui son pays natal, la Tchécoslovaquie, car sa Fédération refusait de la laisser jouer aux Etats-Unis, où se tenaient la plupart des tournois. Elle a trouvé refuge là-bas, mais n'a obtenu la nationalité américaine que six ans après son arrivée, en 1981. A l'époque, la native de Prague ne pensait pas qu'elle quittait définitivement la Tchécoslovaquie. Lorsqu'elle était partie aux Etats-Unis, elle n'avait pris des affaires que pour un mois, seulement le temps de jouer un tournoi !

Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Francis Obikwelu: Nigerian naturalisé Portugais

En 1994, Francis Obikwelu se rend à Lisbonne pour le compte des Championnats du monde juniors. Mais plutôt que de rentrer au Nigéria, il décide de rester au Portugal, quitte à vivre dans la clandestinité. Ouvrier dans le bâtiment, il continue cependant à défendre les couleurs de son pays. Blessé au ménisque aux Jeux olympiques 2000 à Sydney, il est abandonné par sa fédération qui le considère comme fini. Ainsi, il décide de courir pour sa patrie d'adoption et il devient citoyen portugais en 2001. Depuis cette date, l'athlète portugais a gagné une médaille d'argent olympique sur 100 m à Athènes en 2004 et réalisé un impressionnant doublé 100 m-200 m aux Championnats d'Europe de Göteborg en 2006.

Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Alfredo Di Stefano: Argentin naturalisé Espagnol

Alfredo Di Stefano est un des rares footballeurs à avoir connu 3 sélections nationales différentes. Il a d'abord joué 6 matchs avec l'équipe d'Argentine, puis 4 avec la Colombie (non homologués par la FIFA), et enfin 31 avec l'Espagne. Née à Buenos Aires, la "flèche blonde" a obtenu la nationalité espagnole en 1956, trois ans après son arrivée au Real Madrid.

Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Lornah Kiplagat: Kenyane naturalisée Néerlandaise

En 2003, l'athlète d'origine kenyane, spécialiste des courses de fond, devient néerlandaise. En effet, c'est par amour pour son mari et entraîneur, Pieter Langerhorst, qu'elle a choisi de vivre aux Pays-Bas. Le couple s'est rencontré en 1997, lors du premier marathon de Lornah Kiplagat à Londres.

Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Zola Budd: Sud-Africaine naturalisée Anglaise

Dans les années 1980, la "coureuse aux pieds nus" n'a pas été épargnée par les scandales. Du fait de son appartenance à l'Afrique du Sud, pays où sévissait une politique d'apartheid, ses performances n'étaient pas homologuées. Ainsi, son record mondial sur 5 000 m, réalisé en 1984, ne fut jamais pris en compte. C'est pour cette raison que Zola Budd a demandé la nationalité britannique cette année-là, ce qu'elle obtenu. Cela lui a permis de participer aux Jeux Olympiques de Los Angeles avec la délégation anglaise. Qualifiée en finale du 3 000 m, elle s'est retrouvée au centre d'une polémique, accusée d'avoir fait tomber sa concurrente Mary Decker. Déconsidérée, Zola Budd est retournée vivre en Afrique du Sud après la chute du régime d'apartheid.

Ces naturalisations les plus folles de l’histoire du sport

Bertrand Roiné: Français naturalisé Qatarien

En fin de contrat en août 2012, n'ayant pas trouvé d'accord pour une prolongation avec son club de Chambéry, l'arrière gauche décide de poursuivre sa carrière au Qatar, en signant un contrat d'un an avec le club de Lekhwiya Handball Team. En octobre 2013, il évolue avec l'équipe nationale du Qatar lors d'un match amical. Avec un important rôle en défense et 16 buts marqués, il a une contribution majeure pour l'équipe du Qatar qui a atteint la finale de son championnat du monde en 2015, malgré les nombreuses critiques à l'encontre de l'équipe du Qatar.

&’&post;

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Etvsport 59845 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines