Magazine Info Locale

La Communication Interculturelle : Stéréotypes et Préjugés

Publié le 15 octobre 2016 par Sophie Richard-Lanneyrie @Lanneyrie

Les relations interculturels ou inter-ethnies impliquent souvent, au préalable, la formation de stéréotypes ou de préjugés.

La description d'une culture est, ainsi, bien souvent, assortie de stéréotypes voire de " clichés ".

Les représentations que les peuples se font les uns des autres sont un des éléments fondamentaux de la communication interculturelle. Ces représentations s'expriment souvent à travers les stéréotypes et les préjugés ethniques ou nationaux.

Ce sont des images schématiques, rudimentaires et simplificatrices, qui servent à caractériser une culture déterminée en quelques traits sommaires : physiques, psychologiques, moraux ou comportementaux.

Le préjugé est un jugement (positif ou négatif), formulé par anticipation, sans expérience préalable, à propos d'un objet.Le préjugé est donc généralement un stéréotype mais tout stéréotype n'est pas nécessairement un préjugé.

Les deux notions sont donc distinctes même si elles se recoupent en partie.

Les stéréotypes peuvent être des représentations induites par les relations politiques, économiques et culturelles entre deux pays.

Pourquoi "préjugeons-nous ?"

Parce que c'est la tendance spontanée de l'esprit humain à la schématisation qui constitue une tentative pour maîtriser son environnement.

Ainsi, un individu sera assigné à une catégorie à partir de certaines caractéristiques (comme son type physique) et en négligeant les autres ; et l'appartenance d'un individu à une catégorie conduira à lui attribuer toutes les caractéristiques de la catégorie. La schématisation sert donc à appréhender, à ordonner et systématiser l'environnement social.

Le fait de percevoir une personne comme appartenant à une catégorie amène à lui attribuer les caractéristiques associées à cette catégorie et à mettre l'accent sur celles qui différencient cette catégorie de celle à laquelle le sujet appartient : ainsi, un Français percevra un Allemand sous des traits qui peuvent apparaître comme différenciant les deux nationalités : l'esprit de sérieux, le sens de la discipline, la lourdeur, etc...bien connu de nos compatriotes outre-Rhin.

Les théories explicatives

T. Adorno, dans la perspective psychanalytique a tenté de dégager, sous le terme de "personnalité autoritaire", le type de profil des individus enclins aux préjugés ethniques. Il montre qu'il s'agit de personnalités rigides, soumises à une éducation sévère ; ayant dû réprimer leurs tendances agressives à l'égard de leurs parents, elles la projettent, par la suite, à l'extérieur sur des groupes étrangers, tout en manifestant des attitudes de soumission face aux autorités. L'exemple de l'antisémitisme nazi a, bien entendu, servi de paradigme à la théorie d'Adorno.

Les théories de l'apprentissage social, d'inspiration behavioriste, considèrent que les préjugés et les stéréotypes sont appris lors du processus de socialisation de l'enfant. Ce sont les attitudes et les influences de la famille, et ensuite de l'école, qui jouent un rôle déterminant. Ces attitudes sont souvent conditionnées elles-mêmes par les images diffusées par les médias. Il y a une tendance à intérioriser les représentations dominantes ; c'est pourquoi certains groupes minoritaires peuvent entériner les images négatives qui leur sont renvoyées par les groupes dominants.

La vision de l'étranger : un processus complexe

La représentation que l'on peut se faire d'un étranger est un phénomène complexe faisant intervenir des éléments multiples et hétérogènes (d'ordre cognitif, affectif, comportemental, idéologique ...).

Certains peuvent être préalables à toute rencontre. D'autres naissent moins du contact avec l'autre que de l'imprégnation du climat ambiant, des images culturelles issues de l'histoire et transmises par le discours social, le milieu familial, les médias.

Ainsi, lors d'un voyage, par un mécanisme de généralisation et la rencontre de quelques personnes du pays, le voyageur va tirer une certaine image du pays visiter.

Ces perceptions seront influencées pour une part par ses représentations préalables qui ont tendance à s'auto-valider : on croit voir les gens tels qu'ils sont parce qu'on pense qu'ils sont tels qu'on les voit.

Mais les préjugés peuvent être positifs comme négatifs. Seule une formation interculturelle solide peut permettre de combattre ces stéréotypes et ses préjugés.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sophie Richard-Lanneyrie 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines