Magazine Société

L'ami gerard s'en est allé

Publié le 26 septembre 2017 par Fabianus

L'AMI GERARD S'EN EST ALLÉ
Gérard Palaprat vient de nous quitter. Il s’était fait connaître par des tubes (j'imagine qu'il devait exécrer cette appellation) post soixante huitards, en 1971 et 1973. Fais-moi un signe et pour la fin du monde auront marqué les hits parades et mes oreilles de pré adolescent. J’accrochai tout de suite au timbre de sa voix, à sa mélodie, aux mots qu’il balançait avec élégance et simplicité.
Les années ont passé. On ne l’a plus entendu. Comme les chansons qui meurent aussitôt qu’on les oublie, chante Michel Legrand (Les moulins de mon cœur). Gérard a trop subi l’éclat de deux tubes et on a oublié toutes les autres chansons qu’il a créées : Le grand bateau, les tambours d’Ecosse, Le chemin d’encore plus loin ou encore le tremblement de terre, superbe chanson réaliste sur un séisme et ses tragédies. La terre craque. Ça sent le soufre. Y aura-t-il un raz-de-marée ? Dans les décombres, Des cris sans nombre Et la montagne va tomber. Et l'incendie brûle partout.

Oui, combien de chansons oubliées mais qu’on voudra réécouter ! Ett puis ce long silence radio. Pourtant tu vis Gérard ! Tu pars en Inde et rencontre Shandra Mistri, ton maître de sitar. Tu crées encore, dans l’indifférence des médias. Tu te rapproches des humbles, des gens sans importance mais qui ont quelque chose à t’apporter ! Et un jour tu m’acceptes comme ami, sur Facebook. Je suis intimidé. C’est tellement incroyable ! Pourtant tu dois lire mes billets. Je t’imagine dans ce décor invisible de notre complicité. Je te vois lire mes vers mais aussi mes délires. Que peux-tu en penser ? Mystère de la virtualité ! Et voilà que tu pars, sans préavis, rattrapé par l’horrible crabe. Je pense à tous ceux qui t’aiment, qui t’ont suivi et dont je fais partie, modestement. Ce soir, en ta mémoire, j’avais simplement envie d’écrire tout le bien que je pensais de toi.
Tout simplement. Il ne manquait jamais l’ami De fêter mon anniversaire Un simple mot, de son pays Au cœur des marais de lumière
Un bel ami, inespéré Dans la magie du virtuel Et dont les notes revenaient Du fond de l’enfance éternelle
Gérard a gagné la montagne De sa  fin du monde harmonieux Où l’éternité de Cocagne Lui fit un signe douloureux ! 
Comme un message qui se plaint De l’inviter si vite au bal Par le chemin d’encore plus loin Au nord des ombres sépulcrales.
Le port quitta le grand bateau Au roulement des tambours d’Ecosse Vive la Terre, je meurs trop tôt Mais ne pleurez pas sur ma fosse !
J’aimais le chant, j’aimais les mots Et les visages en fleurs de l’art J’appris l’humilité très tôt Dans les mélopées d’un sitar
Un bel ami s’en est allé Dans le halo de son mystère Dégrisé de tous les succès Sous le soleil de l’éphémère
L’ami Gérard comme une étoile Au firmament des chants éteints Quand les oublis tissent le voile Sur des arias sans lendemain
Au revoir gentil troubadour De nos invisibles sourires Qui sait, nous nous verrons un jour J’aurai tant de choses à te dire…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fabianus 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine