Magazine Société

Macron ecoute l'europe avec l’ouïe neuf mais le cap est sien...

Publié le 27 septembre 2017 par Fabianus
MACRON ECOUTE L'EUROPE AVEC L’OUÏE NEUF MAIS LE CAP EST SIEN...
Mardi 26 septembre, à la Sorbonne, Jupiter l’Européen a dévoilé ses grandes visions qu’il a pour les 27 pays membres de l’Union en n'excluant pas le retour au bercail de la perfide Albion. J’ai, de nouveau, invité le Professeur Hitérole, omniscient, pour comprendre toutes les subtilités de ces quelque vingt plans sur la comète.Fabiano : Bonjour Professeur. Dites-moi d’abord pourquoi Mr Macron a choisi la Sorbonne pour s’adresser aux Européens ?Prof Hitérole : Et bien, Fabiano, la Sorbonne est l’un des principaux centres de créativité scientifique et de renouveau intellectuel en ce début de XXIème siècle. Et puis, n’oublions pas que le lieu reste symbolique pour l’Europe. Les murs de l'université n’ont-ils pas été le témoin du grand débat de qui avait opposé le président de l'époque, François Mitterrand, à Philippe Séguin, alors chef du file du "non" au référendum sur le traité de Maastricht ? J’ajoute, pour contenter ton appétit de calembours que Macron la sort bonne et ne peut agir, hélas, hors Bonn !Fabiano : Vous voulez dire professeur que tout son discours s’adresse principalement à Mme Merkel qui est repartie pour un 4èmemandat au Bundestag mais qui va devoir affronter 90 députés de l’extrême droite. L’Afd, droite alternative für Deutschland, a fait un carton lors des dernières législatives teutonnes ! La chancelière se fait tanguer là !Prof Hitérole : Oui, les loups sont de retour et se font laids car tonnant ! Tonnant leur xénophobie, la haine du migrant. Plus que jamais Merkel aura besoin de Macron, et réciproquement, pour redonner du souffle à l’Europe. Le duo Macron-Merkel que de mauvais contrepèteristes nomment « Maquerelle-Maire con » devra régler le problème d’un flux humain qui  émit gras sillon d’une haine sur notre si beau champ pacifique. Mais pas que… C’est pourquoi notre Président propose à la chancelière de signer un nouveau traité de l’Elysée en juin prochain afin d’unifier le marché des affaires des deux pays à l’horizon 2024.Fabiano : Ah, oui ! Et ça passe par des mariages économiques comme celui actuel entre Alsthom et Siemens pour créer un TGV de l’ère européenne et que l’envie de se remettre sur l’ère aille tant que la fusion de projets locaux motive ! Prof Hitérole : Oui, sauf que dans le panier des mariés se nichent bien des incertitudes ! Ô fusion, tu restes vague si nationspensent hanter ta noce !  Les salariés d’Alsthom sont inquiets pour leur poste. On leur promet une garantie d’emplois pour 4 ans. Mais après ? Le groupe franco-allemand risque, à terme, d’avoir un effectif surabondant qui fera complet tord (qui fera, con, pléthore) donc une masse salariale telle qu’elle plombera les prix de revient ! Comment alors rester compétitif face au nouveau géant du secteur ferroviaire, le chinois CRCC (China Railway Rolling Stock Corporation) ?Fabiano : Oui, ce n’est pas simple ! Et sinon, mis à part le couple franco-allemand qu’est-il ressorti de ce discours ?Prof Hitérole : Beaucoup de vœux pieux hors dollars et alités, heu hors de la réalité ! Ils risquent de se heurter à la dureté des faits et à la susceptibilité des uns et des autres. Macron veut un budget de la zone euro et un ministre des Finances responsable devant le Parlement de la zone euro. Il souhaiterait que ce budget fût alimenté par une taxe sur le numérique et une autre qui obèrerait les pollueurs !Fabiano : Et sur ce point, j’imagine que certains pays de l’UE soucieux de leur pré carré vont tiquer de mettre au mal les herbes !Prof Hitérole : Ah, ah, deux tickets de métro Malesherbes ! Bien vu Fabiano ! Mais oui, c’est vrai pour le trèfle d’Irlande Irlande, le chanvre indien des Pays-Bas,  mais aussi vrai pour Malte ou Chypre… Tous ces pays ont un intérêt certain à ne pas voir des impôts plus élevés au niveau européen pour Google, Apple, Facebook ou encore Amazon, car ces sociétés sont situées sur leur territoire ! La raison en est la suivante : tous ces pays proposent des taux d’imposition bien plus faibles que dans le reste de l’Union européenne et tirent moult avantages de cette présence étrangère, comme des emplois et quelques millions d’euros d’impôts chaque année !Fabiano : D’où l’urgence d’harmoniser l’impôt sur les sociétés pour tous les pays de l’UE !Prof Hitérole : C’est aussi ce que souhaite Macron ! Notre Président estime, d’ailleurs, que, le vrai marché unique européen ne sera achevé que lorsque l'impôt sur les sociétés (IS) et les systèmes sociaux se seront rapprochés, donc dès que les IS en liesse des pays membres  cohabiteront dans une même fourchette de taux. Des taux quand même élevés car à l’impôt-cible nul n’est ténu ! Ne bénéficieraient des fonds européens que les pays qui respecteraient cette fourchette.Fabiano : Fourchette mais aussi même assiette ?Prof Hitérole : A voir ! Les harmonies fiscales seront des débats à couper au couteau et à ne pas prendre par le dos de la cuillère ! Fabiano : En parlant d’assiette, j’ai cru comprendre que ce qu’on y mettrait ne pourrait plus tomber dans le grand « n’importe quoi ! »Prof Hitérole : Oui, Macron propose la création d’une forceeuropéenne d'enquête et de contrôle de la qualité et une évaluation indépendante des lobbys s'agissant des produits chimiques. Il a particulièrement été frappé par la crise des œufs (voir article précédent) et s’escagasse des tensions autour du glyphosate, cet herbicide dont ne peuvent plus se passer les agriculteurs alors qu’il serait cancérigène !Fabiano : Ah oui, le fameux glyphosate qu’on retrouve dans le Roundup de Monsanto, encore lui !Prof Hitérole : Ah, oui, rêver d’un monde sans des Monsanto, sans démons, sans tares… On reste dans l’utopie ! Exactement comme quand Macron appelle de ses vœux la naissance d'une "culture stratégique commune" à travers la création d'une force commune d'intervention, reposant sur un budget commun, pour agir "dès le début de la décennie prochaine !Fabiano : Heu, en quoi c’est de l’utopie ?Prof Hitérole : Car ce sera lutte aux piques. Chacun va se lancer des piques plus ou moins guerrières du genre : « Hé Macron, ton opération barkhane au Sahel tu te la gardes pour toi ! Je n’ai rien avoir avec les anciennes colonies françaises !». Les oppositions vont tomber en rafale dès que Jupiter parlera d’assaut. Nos voisins ont beau être dans l’union ils ne verront pas l’utilité de financer une armée commune dès lors que celle-ci défendra les intérêts d’un seul état membre ! Ils ne sont pas bêtes ! Ne nous attendons pas à ce que débarquent ânes !Fabiano : Mais heu, en intervenant au Mali, au Tchad ou au Niger, l’armée française ne défend-t-elle pas tous les intérêts européens dans sa lutte contre le terrorisme islamique ?Prof Hitérole : C’est un argument difficile à faire gober aux plus réfractaires à une armée commune, convaincus qu’ils sont que la vraie lutte contre le djihadisme se passe en Irak et en Syrie, avec les forces coalisées ! Fabiano : Hum, en fait on dirait que Macron se berce de douces illusions !Prof Hitérole : Disons qu’il s’éparpille…Il a développé une vingtaine d’idées pour notre futur commun. Mais pour fédérer il ne s’agit pas dans les comptes de fée d’errer ! Il faut un objectif bien précis ! Notre Président aurait dû proposer une seule direction. Pour ma part, il aurait pu se contenter d’impulser l’urgence d’une harmonie fiscale afin qu’on défît squales, ces requins qui font l’aidant de la mère Nation qui leur propose un faible taux d’IS. Cela me semble prioritaire. Et il y a suffisamment de pain sur la planche pour ces 5 prochaines années si on veut atteindre l’objectif !Fabiano : Hum, bon, je note…Heu, en parlant d’impôt….ça vous dirait une bonne bière ?
Prof Hitérole : Pas de refus, Fabiano. A la santé de notre bonne vieille Europe avec ou sans la reine d’Angleterre !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabianus 1050 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine