Magazine Société

L'echo libéré, les quolibets raient...

Publié le 14 octobre 2017 par Fabianus

L'ECHO LIBÉRÉ, LES QUOLIBETS RAIENT...
Entre Jean-Luc Mélenchon et Manuel Valls les relations s’avèrent, pour le moins, tendues et, comme dirait un ancien commentateur sportif qui a cassé sa pipe après avoir sucré les fraises : « ils ne vont pas passer leurs vacances ensemble ! »
Le maître de la France insoumise a traité l’ancien premier ministre de « Nazi ». Ce genre de compliment ne fait jamais plaisir à entendre par quelqu’un qui n’est, après tout, que juste un peu psychorigide à vous provoquer des catas l’an au gré de coups de menton (désormais enjolivé d’un superbe apparat pileux).
Valls n’a pas mis l’temps pour répondre du berger à la bergère. Il a traité Jean-Luc d’ «islamo-gauchiste ». Ce genre de gratification n’est jamais jouissance à entendre pour quelqu’un qui n’est, sommes toutes, qu’un tantinet narcissique avec du sang populiste plein les veines. Mais Jean-Luc n’a rien d’un islamo de gauche même si son diable au corps a niques et qu’il s’inspire parfois, vaguement, d’idéologie qu’en ses neurones Mao met.
Les deux hommes viennent pourtant du même sérail : le parti socialiste. Mais ce dernier n’existe plus depuis belle lurette. Il s’est délité au fil du temps, rongé de l’intérieur par des querelles intestines. La vente du siège de la rue Solférino n’est que le point d’orgue de cette défloraison d’une rose qui ne sait plus quel engrais (Monsanto ?) pourrait la fertiliser.
Les deux anciens de chez Rocard, l’homme de la nouvelle gauche, ont pourtant travaillé de concert. C’était le temps du Jospinisme, du Pacs triomphant, des 35 heures de la mère Aubry. Mais voilà. Jean-Luc a très vite claqué la porte en laissant derrière lui des éléphants qu’il jugeait archaïques.
Sa détestation pour Manuel s’est transformée en haine depuis que le maire d’Evry a endossé les habits de Ministre de l’Intérieur, à la demande de Hollande. Et que dire de l’exécration bouillante à l’intérieur du corps envenimé du tribun de l’insoumission quand le catalan est devenu premier ministre !
C’est un duel d’hommes comme on aime les voir dans les westerns. Il y en a un de trop pour représenter l’opposition à Macron alors le flingue à quolibets est dégainé. Les coups pleuvent car l’un d’eux doit mourir.
A ce petit jeu Jean-Luc pourrait prendre l’avantage, nanti d’une armada d’inconditionnels. Mais Manuel qui ne veut pas jouer l’âne grave oint son front de l’huile spirituelle et croit en son étoile pour vie au long cours (pour violon court ?).   
Le combat des egos devrait donc se poursuivre dans les semaines qui viennent, selon une sublime logique darwiniste que d’aucuns se délecteront de commenter.
Pour ce qui me concerne je ne reviendrai plus sur ce genre de combat des chefs ! Non mais, ça va bien comme ça ! Vous allez vous calmer vous deux !!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fabianus 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine