Magazine Finances

PLCI, EIP, … Que dois-je faire ?

Publié le 17 octobre 2017 par Questions Capitales

Ce n’est plus un secret pour personne, la pension légale est sous pression. En tant qu’indépendant, vous devez vous constituer une pension complémentaire si vous voulez pouvoir maintenir votre niveau de vie une fois à la retraite. Les possibilités qui s’offrent à vous dans ce cas ne manquent pas : pension libre complémentaire pour indépendants (PLCI), engagement individuel de pension (EIP), épargne-pension, épargne à long terme, … Mais quelle solution choisir ?

Chacune des solutions précitées a ses propres avantages et limites et il est possible de combiner plusieurs systèmes pour ainsi maximiser votre avantage fiscal.

PLCI

Vous pouvez verser des cotisations pour une PLCI en votre nom personnel ou faire payer les cotisations par votre société. Vous avez le choix dans ce cas entre deux formules : PLCI classique ou PLCI sociale.

  • PLCI classique : en 2017, vous pouvez verser au maximum 8,17 % de vos revenus professionnels nets imposables, avec un maximum absolu de 3.127,24 euros. Vous vous constituerez de cette manière une pension complémentaire.
  • PLCI sociale : Vous vous constituerez non seulement dans ce cas un capital-pension complémentaire, mais bénéficierez aussi de garanties de solidarité (couverture incapacité de travail et décès, etc.). En 2017, vous pouvez verser un maximum de 9,40 % de vos revenus professionnels nets imposables, avec un maximum absolu de 3.598,05 euros.

Une PLCI permet de se constituer une pension complémentaire et de payer moins d’impôts et de cotisations sociales !

EIP

PLCI, EIP, … Que dois-je faire ?
Vous avez une société ? Dans ce cas, un EIP s’impose ! Pourquoi ? C’est ce que vous pourrez lire ici. Un EIP a également ceci d’intéressant qu’il permet d’investir dans la branche 23 et de profiter ainsi de bourses florissantes. De quoi combiner ainsi deux atouts importants : moins d’impôts en société et un rendement potentiellement plus élevé. Parlez-en avec votre courtier. Il vous proposera une solution adaptée à votre profil d’investisseur.

Épargne-pension

Le grand classique en matière de pensions complémentaires dans notre pays. Un indépendant peut parfaitement avoir une épargne-pension au même titre qu’un particulier. Vous pouvez aussi investir dans ce cas dans une formule de branche 23, avec un rendement potentiellement plus intéressant. Le montant maximal que vous pouvez verser en 2017 s’élève à 940 €, montant sur lequel vous bénéficiez d’un avantage fiscal de 30 %. À partir de 2018, une deuxième possibilité devrait venir s’y ajouter avec un versement de 1.200 € assorti d’un avantage fiscal de 25 %. Les textes de loi à ce sujet doivent toutefois encore être publiés.

Épargne à long terme

L’épargne à long terme est également tout à fait accessible aux indépendants avec, pour 2017, un plafond fixé à 2.260 €, avec un avantage fiscal de 30 %.

Votre courtier verra avec vous comment optimiser tout ça fiscalement.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Questions Capitales 259 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine