Magazine Poésie

Femme d'autrefois

Par Vertuchou


Femme ! je ne te vis, jadis, que quelques heures,
Passante parmi les passantes… Je ne fus
Pour toi qu’un doux enfant dont nul trait ne demeure,
Un visage qui fuit aussitôt qu’apparu…
Je me souviens : tu mis ta main pôle à mes joues.
Frôlas négligemment mes cheveux de tes doigts,
Ignorant que ta grâce un peu triste, un peu floue
Sous le long voile noir, s’incarnait toute en moi.
Depuis, j’ai grandi ; mais mon âme adolescente
Se rappelle toujours la bonté de tes yeux
Et, parfois, imprécise en ta robe flottante,
Je te vois apparaître au lointain des soirs bleus…

Emile Lanto

Partager cet article

Repost 0
Femme d'autrefois
&version; Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Vous aimerez aussi :

Il pleut
Il pleut
L'adieu
L'adieu
Vieux éventails
Vieux éventails
Fût-ce en mille éclats
Fût-ce en mille éclats

Poètes D'hier

« Article précédent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 93 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine