Magazine Environnement

Pesticides "tueurs d'abeilles": la colère monte contre un nouveau néonicotinoïde, le Sulfoxaflor

Publié le 23 octobre 2017 par Bioaddict @bioaddict
Les apiculteurs n'en ont pas encore fini avec les néonicotinoïdes dont l'interdiction est prévue pour 2018, qu'une nouvelle molécule "hautement toxique" pour les abeilles vient d'être autorisée, le Sulfoxaflor. Une décision jugée "inacceptable et incompréhensible" pour l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) qui rappelle que chaque année en France 300 000 colonies d'abeilles domestiques et des pans entiers de populations d'insectes pollinisateurs sauvages disparaissent à cause des pesticides. Pesticides ¤¤ Sur le même thème   Pesticides L'UNAF révèle l'alarmante utilisation des pesticides "tueurs d'abeilles" Pesticides Déclin des abeilles : une étude de l'INRA confirme la responsabilité des pesticides Pesticides Cuba, l'un des seuls endroits au monde où les abeilles sont en bonne santé Pesticides Mortalités des abeilles et pesticides : les apiculteurs contestent une étude du ministère de l'Agriculture Pesticides Agriculture : les abeilles transformées en esclaves de la pollinisation Pesticides La plupart des miels du monde contaminés par les insecticides OK
Je souhaite également recevoir
les bons plans et offres partenaires
la newsletter des professionnelles

L'affaire du Sulfoxaflor va de rebondissement en rebondissement. Le 19 octobre, l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) a révélé que cette matière active classée comme néonicotinoïde aux Etats-Unis, vient d'être autorisée en France le 27 septembre pour deux nouveaux insecticides, le Closer et le Transform. L'Agence nationale de sécurité sanitaire française (ANSES) a pourtant évalué la molécule comme " hautement toxique " pour les abeilles. L'Unaf a aussitôt demandé au président de la République et au ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, d'intervenir face à cette décision "incompréhensible et inacceptable".

La nouvelle arrive au moment où les néonicotinoïdes présents sur le marché doivent être enfin interdits (en septembre 2018), mettant un terme à des années de lutte pour les apiculteurs. Elle vide cette décision de sa substance, estime l'Unaf. En effet, le Sulfoxaflor " a le même mode d'action que les autres néonicotinoïdes. Une fois absorbée par la plante, (la molécule) circule dans son système vasculaire jusque dans ses parties florales, et donc le pollen et le nectar ", précise le syndicat apicole.

Aussitôt l'information diffusée, une pétition a été lancée par l'association Agir pour l'environnement. Elle tourne sur les réseaux sociaux et a recueilli rapidement des milliers de signatures.

Données complémentaires : " dans le doute, on suspend... "

Nicolas Hulot a réagi de concert dans un communiqué avec le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, dès le lendemain, le 20 octobre. Tous deux invitent l'Anses à " analyser de façon prioritaire " des " données complémentaires relatives aux risques " du Sulfoxaflor, " afin qu'elle soit en capacité d'indiquer au gouvernement, dans les trois mois, si elles sont de nature à modifier les deux autorisations de mises sur le marché ". Ces données proviennent de l'agence irlandaise qui a autorisé la molécule.

Le 21 octobre, Gilles Lanio, président de l'Unaf, a demandé une suspension immédiate des autorisations. Dès lors que les ministres " demandent à l'Anses de revoir sa copie, c'est qu'ils ont un doute. Dans le doute, on suspend. (...) On ne va quand même pas mettre sur le marché un produit qui est hautement toxique pour les abeilles ", a fustigé Gilles Lanio dénonçant un " manque de courage ".

La crainte aujourd'hui est que des aménagements soient prévus pour les deux autorisations mais sans interdiction, n'empêchant en rien les effets mortifères sur les abeilles.
L'apiculture enchaine deux mauvaises années en termes de mortalités d'abeilles et de récolte de miel. L'Unaf a annoncé que l'année 2017 s'annonce " tout aussi catastrophique " que l'année 2016 qui a enregistré une récolte de miel inférieure à 10 000 tonnes. Pour rappel, avant les néonicotinoïdes, dans les années 90, la récolte de miel se situait à environ 35 000 tonnes par an.

Anne-Françoise Roger

Signer la pétition NON À L'AUTORISATION D'UN NOUVEL INSECTICIDE " TUEURS D'ABEILLES ", LE #SULFOXAFLOR !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bioaddict 1626097 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte