Magazine Culture

Critique Ciné : Coexister (2017)

Publié le 24 octobre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews

Coexister // De Fabrice Eboué. Avec Fabien Eboué, Ramzy Bedia et Guillaume de Tonquedec.


Pour son troisième film, Fabrice Eboué prend un sujet facile : celui de la cohabitation des religions. S’il est bienvenu de faire un tel film en ces temps ci, Fabrice Eboué avait commencé à écrire Coexister bien avant les attentats du 13 novembre. Mais là où Case Départ et Le Crocodile du Botswanga étaient de très bonnes surprises et savaient être virulents et drôles à la fois, Coexister est un film un peu trop timide qui n’ose pas suffisamment de choses pour réellement devenir piquant comme les précédents films d’Emboué. Du coup, on s’ennuie un peu par moment, notamment au début, car le film semble prendre son temps pour démarrer. Derrière le rire ne se cache pas vraiment de réalité bien plus sombre comme dans les films précédents du réalisateur/scénariste/acteur. Car le film critique aussi le monde de la musique et le propos est de ce point de vue là très faible. Les blagues ne sont pas suffisamment drôles, les personnages un peu faiblards, et il manque de ce liant qui aurait pu rendre le truc beaucoup plus intéressant/attachant. Coexister s’inscrit dans le sillage de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, parfois en mieux, parfois en moins bon.

Sous la pression de sa patronne, un producteur de musique à la dérive décide de monter un groupe constitué d'un rabbin, un curé et un imam afin de leur faire chanter le vivre-ensemble. Mais les religieux qu’il recrute sont loin d’être des saints…

J’adore beaucoup l’humour de Fabrice Eboué et cette facilité qu’il a de se moquer avec folie de façon assez fun du monde qui l’entoure (tout en imposant en filigrane une morale logique et soignée). Mais même quand Coexister tente de parler de religion c’est tout de suite un peu insuffisant. Pourtant il y a des idées : le prêtre qui abandonne la prêtrise (en référence à l’un des prêtres de Les Prêtres chanteurs), l’imam qui n’est pas imam et adore le saucisse et le bon vin, ou encore le rabbin qui a coupé un gland il y a plusieurs années et est déprimé depuis… Bon, l’absurde de certaines scènes reste sympathique, de même que quelques vannes clichés et faciles (le prêtre et les enfants par exemple) mais Coexister manque du début à la fin de ce petit truc qui aurait pu en faire un grand film. Reste quelques moments de génie comme les clips du film alors que ce sont les seules vraies propositions de cinéma que Coexister semble faire. En dehors de ça, ce n’est qu’une comédie sans grande âme cinématographique qui souffre justement d’une mise en scène pas très inspirée non plus. Côté casting, chacun apporte son truc mais je crois que Ramzy Bedia est la meilleure des surprises ici. Inattendue mais terriblement drôle.

Note : 5/10. En bref, si j’ai été déçu j’ai envie de parler d’un film honorable qui a voulu se démener pour exister (ou co-exister).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte