Magazine

Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 254

Publié le 05 novembre 2017 par Antropologia

Jus d’orange

Elle a  au moins 95 ans, le corps tassé, le dos courbé mais fait ses courses seule, en ce samedi matin.  La deuxième caissière crie : « Au suivant ! » et,  plus promptes, 4 ou 5 personnes  se précipitent  et  me passent devant. Je reste, patiente, derrière la vieille  dame. Arrive alors  un grand type à la voix grave qui fait la manche dans toute la ville et traîne souvent  aux  alentours du marché.  Il entreprend également  de nous passer le  tour et  dit à la caissière : « Juste une bière ! »

Outrée elle lui répond : « Ce n’est pas à moi qu’il faut demander  mais à la dame ! » Un  peu contrarié il se penche vers la vieille dame : « Une bière madame ! » Sans  même le regarder elle répond d’un sec mais tonitruant : « Non ! » qui attire tous les regards. Puis ajoute : « Je n’en ai jamais goûté ! » Hilarité générale provoquée par son incompréhension.

La  caissière  lui  explique la situation, veut-elle le  laisser  passer ? « Oui ! » tout aussi sec, tout aussi  tonitruant. « 1,40 euro ! » L’homme tend  2 euros et dit : « Gardez les 60 centimes, c’est pour les chewing-gums que  je vous ai volés la semaine dernière.»

Désarçonnée la caissière n’arrive  qu’à répliquer : « Mais il ne  faut pas  le dire monsieur ! »

Voici comment on arrive à  écrire une chronique en achetant deux litres de jus d’orange.

Colette  Milhé



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antropologia 111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte