Magazine Poésie

CALI à Montréal au Gesù pour son nouvel album LES CHOSES INTERDITES.

Par Guimond

Vendredi 3 Novembre 2017 au théâtre le Gesù: Sur scène un canapé un peu défraîchi. Sur le mur de la chambre d’ado reconstituée, des affiches de Joe Strummer, et Leonard Cohen. La trame son d’un film datant de 1992, avec Annie Girardot commence le bal, époque où il n’était plus un adolescent mais il n’est pas à un anachronisme près: Cali s’expose et se raconte dans un concert solitaire où il parle presque autant qu’il chante dans sa traditionnelle sensible impudeur d’enfant émerveillé de ce qui lui est arrivé.

Guitare en main dans la pénombre, le gaucher ouvre pourtant la soirée par plusieurs titres de son 7e album sorti cet automne. Soit: A cet instant, je pense à toi, I want you et autres pistes tirées de Les choses défendues, ponctuées de confidences. L’histoire de Cali commence à 16 ans, âge où il fugue en Angleterre pour rejoindre une Louise, passée comme une comète par son village catalan. L’âge du premier groupe de punk, « Pénétration anale » avec Alec et Fernand, formation fugace.

Le chanteur a livré un concert de 2h30 dans une salle comble

Valises sous les yeux mais des yeux illuminés, le chanteur ponctue souvent son récit ainsi, émerveillé de son parcours, N’ayant sincèrement encore été remis que « Bruno Calicciuri de Vernet-les-bains » soit devenu Cali. La reprise de C’est quand le bonheur salue le carton du premier disque en 2003 (« Je répète quand même 72 fois la même phrase! »), celle de Et maintenant de Bécaud salue la mémoire de sa mère, disparue très tôt. Elle fait l’objet d’un très joli titre inédit.

Il fait tout au long de son concert intime de plus de deux plombes très bien semblant de s’étonner que ces « 1000 cœurs debout » soit désormais une chanson de manif, d’avoir chanté à Charléty pour Ségolène Royal en 2007. Même s’il a l’humour et l’habileté de se donner parfois des rôles peu glorieux. Cali aime se mirer un tantinet, même s’il aime aussi surtout les autres. Et il nous a montré sa grande générosité ce soir-là!

« Je fais des trucs pas mal… mais je ne sais jamais m’arrêter à temps », confie-t-il au détour d’un souvenir de Victoires de la musique. Il a le mérite de le dire et d’en sourire. C’est ça: une écriture enflammée et touchante, une sensibilité à fleur de peau mais tout est toujours… un poil de trop. J’aime ça quand c’est trop!

Même dans ce spectacle intimiste et chuchoté, le garnement arrive à placer une chorégraphie étrange et même que sur « 1000 coeurs debout » il réussit à grimper sur les dossiers des chaises, puis venir jusqu’à MissRoBee et moi, qui lui ai tenu la main pendant trois minutes pour le stabiliser sur ses pattes alors qu’il chantait sa chanson sous les yeux éberlués de ma blonde! Je croyais qu’il allait la prendre dans ses bras, mais je sais qu’il avait vu l’anneau à mon annulaire et il a choisi de se frotter à la fille de la rangée d’en face. Tout un gentleman!!!

Nous avons été touchés et ravis parce que l’homme est généreux, sincère et qu’il a de sacrées belles chansons. Non seulement cela, il nous a conquis, nous qui étions déjà des fans purs et durs, il nous a éblouis! Quel type incroyable, bref, 5 étoiles sur 5!!!

La version épurée de « Elle m’a dit » est bouleversante, rappelant que cette cavalcade est d’abord un texte magnifique. Celle de Je m’en vais est au diapason. Une ébauche de Roberta rassembleuse, un intense Exil rappelant la même déchirure des Espagnols fuyant Franco aux réfugiés d’’aujourd’hui, un Montréal très Christophe au clavier en toute fin: les 2h30 de concert sont ponctuées de grands moments. Le plus beau était « L’espoir », chanson-titre de son 3e album qu’il s’est contenté de dire sobrement, sans effet, sans cabotinage. Mais rapidement, Cali reprend le dessus sur Bruno Calicciuri de Vernet-les-bains… Etr nous lui souhaitons un bon retour vers ses concerts à venir en France. Merci man tu es hot!!!

Sur CALI: Les Choses défendues: http://www.sonymusic.fr/news/Cali-38920/cali-revient-avec-les-choses-defendues-son-nouvel-album/

TRACKLISTING

calileschosesdefendues
01 À cet instant je pense à toi
02 S’il te plait
03 Les choses défendues
04 I Want You
05 Je ne peux pas pleurer plus que ça
06 Sweetie
07 Annie Girardot
08 Ella a mal
09 Tout va recommencer
10 La femme qui t’aime
11 Le mariage
12 À deux pas
13 Seuls les enfants savent aimer
14 Montréal 4 am

Concert magnifique de Cali en terre natale: « Vernet Les Bains » (à voir si vous aimez son travail)

https://youtu.be/BXSe2OFsybM

Publicités

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Guimond 494 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines