Magazine Finances

Recruter, le nouveau défi des banques

Publié le 07 novembre 2017 par Patriceb @cestpasmonidee
RBC Il fut un temps où les institutions financières n'avaient presque aucun effort à fournir pour recruter de nouveaux collaborateurs : ils venaient à elles spontanément. Mais une page est en train de se tourner et il leur faut désormais soigner leur attractivité pour espérer séduire les candidats, notamment parmi les jeunes diplômés les plus demandés.
Dans le cas de RBC, la conquête commence avec les stagiaires. L'accueil d'étudiants, l'espace de quelques semaines ou quelques mois, pendant leur scolarité, a de tout temps constitué un moyen efficace de préparer les recrutements, en permettant, d'un côté, à l'entreprise d'évaluer les qualités d'un éventuel futur employé et, de l'autre, à ce dernier de vérifier sa motivation. Malheureusement, les stages se transforment de moins en moins fréquemment en embauche, les jeunes préférant se tourner vers d'autres secteurs.
Il devient donc important de profiter de leur passage dans la banque pour stimuler leur envie d'y rester (ou d'y revenir) au terme de leur premier contact. Pour ce faire, RBC a mis en place une démarche active de mentorat des stagiaires. Dès leur intégration, un logiciel dédié va leur proposer un rendez-vous informel, autour d'un café, renouvelé toutes les deux semaines, avec un collaborateur expérimenté, à chaque fois différent, autour d'un des sujets – plus ou moins professionnels – sélectionnés lors de leur inscription.
Tous bénéficieront de la sorte de 5 à 10 rencontres durant leur séjour, qui doivent leur permettre de mieux découvrir et appréhender le contexte de l'entreprise qu'ils rejoignent temporairement, la diversité de ses activités (dont celles qui sont inconnues du grand public), la variété des métiers qui peuvent y être exercés, la culture interne, l'organisation et ses modes de fonctionnement… L'objectif visé est, bien entendu, de rendre la perspective de travailler pour la banque plus concrète et plus désirable.
La solution mise en œuvre par RBC à l'occasion de ce programme émane d'une jeune pousse canadienne, Ten Thousand Coffees. Sous les apparences d'un réseau social d'entreprise, son rôle consiste à mettre en relation les mentors potentiels avec les stagiaires sur la base de leurs centres d'intérêt communs et de leurs agendas respectifs. Le recours à un logiciel peut paraître impersonnel, mais il présente l'avantage de démocratiser la démarche, en ouvrant les opportunités de mentorat à tous les stagiaires.
Il ne faut pas imaginer que l'initiative de RBC pourra seule renverser les tendances actuelles de l'emploi, peu favorables aux institutions financières, surtout dans les métiers du « digital » particulièrement recherchés. Cependant, dans ces conditions nouvelles, il est maintenant impératif de se différencier de la concurrence (des géants du web et des startups, en particulier) et, parmi les moyens disponibles, une approche introduisant de la proximité et du contact humain dans un grand groupe sera certainement utile.
Retour d'expérience Ten Thousand Coffees à RBC

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Patriceb 8009 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine